Mise-à-jour: sommeil des jumeaux


For my English readers: My site stats show that a lot of people stumble upon Vie de Cirque while looking for information about twins and sleep in French (“jumeaux” and “sommeil” if you must know.) This post is an update about my twins: short on helpful information and high on lived chaos.

Les statistiques de mon blogue démontrent que plusieurs lecteurs tombent sur Vie de cirque en faisant une recherche sur les termes “sommeil” et “jumeaux”. Voici donc une mise-à-jour sur le sommeil des jumeaux contenant très peu d’information utile: si vous avez des jumeaux et que vous manquez de sommeil, je suis de tout cœur avec vous! (et n’hésitez pas à me dire ce qui a marché pour vous!)

Après avoir écrit plusieurs fois sur le sommeil des jumeaux (ou plutôt son absence), j’ai décidé de faire preuve de plus de flexibilité et de me concentrer sur la survie plutôt que sur le principe. Pour une semaine ou deux, ç’a bien fonctionné et nous avons établi une routine de nuit qui semblait profiter à tout le monde: vers 19:00, les jumeaux se couchaient pour la nuit et dormaient jusqu’à minuit-1:00. Lors de leur premier réveil je les nourrissais (un au sein, l’autre au biberon) puis on se recouchait pour 2-3 heures jusqu’au prochain réveil. Vers 3:00, je prenais le premier réveillé au lit avec moi puis je le recouchais lorsque le deuxième se réveillait. Après 3:00 du matin ma nuit était terminée à toute fin pratique mais au moins je ne me levais plus (à part pour prendre les bébés qui dorment dans une couchette à côté de mon lit.). Vers 06:30-7:00 nous étions tous debout pour la journée.

Puis une nuit, Lucas n’a pas voulu se rendormir après son boire de 03:00 et j’ai commencé à le garder au lit avec moi. Puis il a n’a plus voulu simplement dormir avec moi, il a voulu téter sans arrêt jusqu’au lever. Puis ce n’était plus à partir de 3:00, c’était 2:00 puis 1:30 et ainsi de suite. Au début j’ai cru que Lucas avait besoin de plus de chaleur humaine mais mon mari, plein de sagesse, a suggéré qu’il avait peut-être encore faim. D’une manière ou d’une autre, exclure la faim en lui donnant une plus grosse bouteille n’était pas une mauvaise idée.

En bref, Lucas a faim. Et moi je suis fatiguée que Lucas ait faim. Ça fait 4 mois que ma vie est réglementée par les minutes au sein, les tours de bouteille, les millilitres de formule.

Au milieu de tout ça j’ai du mal à trouver l’équilibre entre trop et pas assez. Puisque je suis atteinte d’hypoplasie mammaire du côté gauche, j’ai beaucoup de mal à produire assez de lait pour nourrir deux bébés exclusivement au sein. J’ai réussi à réduire leur supplémentation jusqu’à 4-6 onces par jour (250-300 ml) mais c’était un travail continu: je devais avoir les bébés au sein toute la journée et toute la nuit en ne laissant pas plus de 2 heures s’écouler entre le début d’une tétée et celui de la prochaine (et puisqu’une tétée dure environ 45 minutes, les tétées reviennent souvent!). Les bébés avaient tout le temp faim puis je suis tombée malade et ma production a chuté. Tout était à recommencer.

L’allaitement de mes jumeaux me pose un dilemme continuel depuis leur naissance. Les bébés ont besoin de lait maternel. Je peux les allaiter exclusivement (ou presque) mais l’allaitement exclusif vient à un coût élevé pour moi et ma famille. Les jumeaux ne sont pas les seuls qui ont besoin de moi, cependant ce sont les plus vulnérables et cet âge de grande vulnérabilité sera bientôt terminé. Je ne suis pas de celles qui croient que la formule est normale et le lait maternel est meilleur. Pour moi, le lait maternel est normal et la formule est moins bonne. C’est une différence de perspective qui rend la supplémentation plus difficile à accepter. Comment puis-je choisir de ne pas donner à mes bébés ce sont ils ont le plus besoin? D’un autre côté, est-ce que je les aide s’ils ont toujours faim?

J’ai rencontré une maman de jumeaux qui m’a dit de ne pas lâcher avant 6 mois car tout s’améliore après. L’introduction des solides laisse un peu plus de flexibilité quant à la supplémentation et les tétées ne sont plus autant régimentaires. Enfin, j’imagine. Car si tout est plus intense avec des jumeaux (et ça l’est!), le soulagement doit l’être aussi avec chaque coin tourné. Avoir 8 enfants m’a appris une chose: tout passe et les enfants grandissent.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s