Des nouvelles des jumeaux – Twins 10-week Update (in French)


Les jumeaux ont maintenant 2 mois et franchi le cap des 10 semaines. Lors de leur dernier rendez-vous chez le pédiatre, Ève pesait 10 livres et Lucas 12 livres. Ils ont donc tous les deux doublé leur poids de naissance et se portent à merveille.

Je repensais à ma grossesse en rejouant dans ma tête la journée où j’ai appris que j’étais enceinte (le 3 février) puis la journée où j’ai appris que j’attendais des jumeaux (le 13 avril). Lorsque je suis rentrée de mon échographie, j’ai placé la photo des jumeaux A (Lucas) et B (Ève) dans le miroir de ma salle-de-bain. Deux petites crevettes que j’ai regardé avec incrédulité tous les matins et tous les soirs en me brossant les dents. Puis l’incrédulité a fait place à l’anticipation et l’anticipation à la réalité. J’ai toujours cette première photo dans mon placard et je la regarde toujours avec autant d’émerveillement. Les deux petites crevettes sont bien réelles. Elles sont devenues des poulets bien dodus — presque un petit dindon dans le cas de Lucas!

À 10 semaines, les nuits s’améliorent sans s’améliorer et le manque de sommeil est sans doute mon plus grand défi, suivi par l’allaitement. Le sommeil de nuit des bébés commence à se stabiliser dans la mesure où ils se rendorment après avoir bu. Pour les deux premiers mois, ils avaient tous les deux des périodes d’éveil prolongées après leurs boires de nuit. Lucas dort environ 6 à 8 heures (entre 20:00 et 03:00) boit et se rendort jusqu’à 05:00. Ève n’a pas encore commencé à allonger ses périodes de sommeil: elle se réveille aux 3 heures mais elle se rendort plus facilement que son frère. Puisque je veux encourager Lucas à faire son 8-heure, j’ai arrêté de le réveiller pour le nourrir quand Ève se réveille. Cependant, la règle cardinale de survie avec des jumeaux est de les nourrir en même temps. C’est pour une bonne raison: entre minuit et 5:00, je vois passer chaque heure sur le cadran. Ève se réveille vers minuit et se recouche vers 01:00, Lucas se réveille vers 02:00 et se recouche vers 03:00, puis c’est encore le tour de Ève vers 03:00-04:00, puis Lucas vers 05:00. À 05:00, ils se rattrapent et sont plus ou moins synchronisés pour le reste de la journée. C’est intense mais je mise sur Ève qui devrait commencer à dormir plus longtemps d’ici les prochaines semaines.

Pendant la journée, c’est une autre histoire. Lucas ne dort que très peu pendant la journée et lorsqu’il dort c’est au bout de beaucoup d’encouragement (berçage, porte-bébé etc.). Ève d’un autre côté bois, souri et se rendort. Je m’inquiète parfois de donner plus d’attention à Lucas mais lorsque j’essaie de garder Ève réveillée pendant que Lucas dort, c’est le désastre. Ève veut être dans son lit, tranquille. Je réalise que le processus d’attachement est différent: j’ai une connexion beaucoup plus forte avec Lucas puisque je passe beaucoup plus de temps à le porter et à lui parler. D’un autre côté, Ève n’est que plaisirs et sourires. Ève s’endort seule alors que Lucas a beaucoup de mal à s’endormir. Ève reste endormie alors que Lucas se réveille au moindre bruit. Les jumeaux illustrent à quel point les habitudes de sommeil sont innées. Je travaille déjà avec Lucas pour l’encourager à s’endormir seul. Doucement, sans le laisser pleurer, mais quand même dans l’espoir qu’il en prendra l’habitude.Il ne s’endort qu’avec sa suce et bien emmailloté. La suce aggrave son muguet mais l’emmaillotement l’empêche de trouver ses doigts. Enfin, je lui donne un autre mois avec sa suce. Deux au plus. Je refuse de m’embarquer dans un autre esclavage de la suce qui me verrait me lever 2, 3, fois par nuit pour deux ans pour retrouver la maudite suce!

Côté famille, l’adaptation à la vie avec les jumeaux se fait avec quelques heurts mais sans traumatisme. Pour les plus vieux, l’adaptation est surtout logistique. Mes sorties doivent être planifiées, le temps entre les boires judicieusement alloué. Parfois, les plans sont annulés lorsque Lucas s’endort. Je n’ai plus le temps de m’occuper des animaux, les enfants doivent prendre le collier. Au niveau des émotions, le manque de sommeil et l’impatience de maman demandent aux plus vieux des efforts d’empathie et de compassion qui semblent parfois au-delà de leur capacité.  Mais en général, les grands sont d’une aide incomparable. Et il est toujours touchant de voir à quel point ils sont à l’aise avec les bébés. Ils seront sans doute parents eux-mêmes d’ici à ce que les jumeaux aient leur âge… Ça donne le tournis! Clara les appelle parfois l’araignée: “Quand ils sont couchés un à côté de l’autre avec leurs 4 bras et leurs 4 jambes qui gigotent et qu’ils te regardent intensément avec leurs 4 yeux qui clignent…” Il y a de ces images dont il est difficile de se défaire!

Les plus jeunes s’adaptent bien, encore une fois sans traumatismes apparents 🙂 Sarah est moins supervisée et fait donc plus de bêtises mais je crois que c’est une fonction de sa liberté relative plutôt qu’une réaction à l’arrivée des jumeaux. Elle a vécu un peu de régression au niveau de la propreté mais les choses sont rapidement retombées dans l’ordre. Elle n’exprime pas de jalousie ou de ressentiment envers les jumeaux mais elle veut s’en occuper comme maman. Nous avons du placer un verrou sur notre porte de chambre pour l’empêcher d’aller chercher les bébés dans leur lit. Maintenant, elle materne ses deux poupées et ça semble l’avoir détournée des jumeaux. Ça me coûte plusieurs wipes et quelques couches — car elle change ses bébés plusieurs fois par jour — mais ça en vaut la tranquilité d’esprit!

L’allaitement est toujours un défi parceque je n’ai qu’un côté qui produit. Je dois donc supplémenter avec de la formule. Ce n’est pas la fin du monde, même si personellementje trouve que la formule ça pue, ça fait faire des cacas qui puent et c’est difficile à digérer, surtout pour Ève. La supplémentation rend l’allaitement plus difficile car elle affecte parfois la succion des bébés au sein et peut causer la diminution de la production de lait. Mes efforts afin de limiter la supplémentation au stricte minimum rendent ma vie régimentée autour de l’alimentation des bébés. Comme je le disais à mon mari: “J’ai l’impression que je passe ma vie à faire deux choses: soit je les nourri, soit je me demande s’ils ont faim”. Mais je crois qu’il y a de la lumière au bout du tunnel: j’ai assisté à une rencontre le la Ligue La Leche où j’ai reçu de l’excellente information sur la meilleure manière de supplémenter les bébés afin d’optimiser l’allaitement.

En bref, les choses vont bien. J’ai replacé la suce de Lucas 12 500 fois en écrivant ce post. Mais il devrait finir par s’endormir. Et moi aussi.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s