Nous voilà sur TFO!


Une petite capsule sur notre famille, sur la chaîne francophone TFO:

Advertisements

Joyeux Noël!


Cette année pour les vacances de Noël, nous avons créé une patinoire sur l’étang derrière notre maison. Malgré le froid extrême, les enfants sortent patiner au moins deux fois par jour. Nous avons passé un Noël tout simple en famille. Alors que passent à la télé les annonces pour le cadeau parfait — une voiture, un cinéma maison, un voyage — nous retournons à la source avec des étrennes simples, des repas succulents et de quoi bâtir un héritage de bons souvenirs. Nous passons un bien joyeux Noël et nous vous souhaitons la même joie au cours de toute l’année.

Par une belle journée d’automne à la plage… Un aéroglisseur!


Après un mois de septembre un peu frisquet, l’automne est venu cogner à notre porte y apportant les derniers jours de l’été qui nous avaient tant manqués. Les arbres passent du vert au rouge orangé et le contraste entre le bleu du ciel et les couleurs éclatantes de l’automne est spectaculaire. Pouvoir l’apprécier sans se geler les doigts est un de ces petits luxes que nous offre la nature lorsqu’elle se sent généreuse.

À la plage en octobre, le bord de l’eau nous appartient. Nous aimons nous y réunir pour jouer dans le sable sans la foule. Aujourd,Hui, nous y avons vu un spectacle inhabituel: un aéroglisseur de la garde côtière. Que faisait-il là? Aucune idée! Mais quel spectacle de le voir traverser la rivière et venir s’échouer (se stationner?) à la plage!

Si vous cliquez sur la première photo, vous pourrez toutes les voir en album photo.

Un été bien rempli…


La vie, la vie! L’été se termine lentement et nous nous apprêtons à célébrer le deuxième anniversaire des jumeaux. Et oui! 2 ans! Et nous faisons finalement nos nuits en passant!

J’ai quitté mon emploi à la Chambre des Communes et je me dirige vers de nouvelles aventures. Je travaille désormais de la maison pendant la sieste. Fini les embouteillages et les soupers mal planifiés.

Les enfants sont de retour à l’école après un été tranquille. Je vais reprendre du collier et recommencer à écrire, c’est promis… En attendant, voici quelques photos d’un bel été bien rempli.

“Qu’est-ce que vous faites avec tous ces enfants?”


À mes parents qui viennent de célébrer leur 41ième anniversaire de mariage et qui m’ont donné le plus beau cadeau, la vie. C’est avec leur exemple d’une vie simple et heureuse, dédiée à leur famille et à leurs amis, que je poursuis mon chemin. Leur amour me soutient.

“Qu’est-ce que vous faites avec tous ces enfants?”

Oui, quelqu’un m’a posé cette question récemment. Un peu comme si je collectionnais les salières, avec le même mélange de curiosité un peu condescendante. Que voulez-vous dire « qu’est-ce que je fais »? Tout le monde sait que je les envoie aux champs tous les matins!

Qu’est-ce que vous faites? Comment vous faites? C’est l’interminable ronde des questions à laquelle font face les parents de famille nombreuse. Comment vous cuisinez pour une famille nombreuse? Comment vous faites le lavage pour une famille nombreuse? Comme si le four et la machine à laver fonctionnaient différemment pour 10 que pour 4. Je cuisine comme tout le monde, mais avec plus d’ingrédients.

Je me souviens du temps pas si lointain lorsque que je regardais les familles nombreuses avec une curiosité empreinte d’admiration. J’ai rencontré une mère de 6 enfants (qui en a maintenant 10) lorsque j’avais 2 enfants. Je lui ai posé la question que tout le monde pose aux mères de plusieurs : « Allez-vous en avoir d’autres? » Elle m’a répondu avec grâce et générosité – car je sais aujourd’hui à quel point cette question peut être irritante – « Oh oui!! Certainement! » J’étais à la fois impressionnée et intimidée. Je me rappelle sa patience lorsque les questions indiscrètes me tombent sur les nerfs : je ne saurais jamais si mes réponses auront encouragé une maman à faire confiance à la vie et à poursuivre le chemin de la grosse famille dans un monde fait pour 4. J’espère qu’un jour quelqu’un verra ma famille et se dira « Oui, moi aussi je peux! » Mais je sais qu’au jour le jour, les gens me regardent et se disent « Mieux vaut-elle que moi! »

Si j’avais le temps, je voudrais pouvoir m’asseoir avec les curieux autour d’un bon café et leur expliquer. J’aimerais leur dire que « tous ces enfants » sont aussi des individus. Lorsque nous décidons d’avoir « encore un enfant », ce que nous décidons c’est d’accueillir une nouvelle personne au sein de notre famille. Nous n’avons pas des enfants pour les 2 années où ils seront « bébés », ni pour les 10 années où ils seront « enfants », ni même pour les 20 années où ils seront « jeunes »; car ces chiffres ne sont que la représentation du passage du temps. Nous les accueillons dans notre vie pour eux-mêmes, enfants, adultes, tantes et oncles, cousins et amis. Non seulement pour les enfants qu’ils seront si brièvement mais pour les adultes qu’ils deviendront. Pour les aimer et être aimé en retour.

Élever des enfants est un travail difficile, sans répit. Et lorsque les gens nous demandent si nous allons en « avoir » d’autres avec le ton de voix qui demande si nous allons avoir une deuxième voiture ou un autre clou dans le front, ils trahissent leurs propres doutes et leur horizon limité. Je vais avoir une pédicure, merci beaucoup. Mais pour ce qui est des enfants, je ne les ai pas, je les donne. Je leur donne la vie, je les donne à moi-même d’abord puis les uns aux autres comme frères et sœurs, puis je les donne à leurs futurs époux et à leurs enfants. Je les donne à leur patrie, à leur environnement, à leur travail et à leur communauté. Et je sais qu’ils reviendront m’entourer un jour, plus nombreux et plus forts, compagnons et solidaires.

Notre vie sera une longue, merveilleuse, aventure.

IMG_8130

IMG_8138

Histoire d’une naissance bien ordinaire: Bébé#1


Cette année, j’ai pris la résolution d’écrire l’histoire de la naissance de chacun de mes enfants. J’ai d’abord pensé le faire graduellement à l’occasion de leur anniversaire mais 4 anniversaires sont déjà passés sans que les histoires n’aient été écrites.

Certaines de ces histoires sont fragmentées par l’effet du temps mais j’ai encore des images et des sensations vives logées dans ma mémoire.  Je ne saurais jamais si ces récollections sont fidèles mais elles représentent les hauts-faits de ces journées mémorables et uniques qui ont forgé, sculpté et raffiné qui je suis, la personne que je suis devenue.

Ma plus vieille. Si vous la connaissez, vous savez son nom. Si vous ne la connaissez pas, elle a un nom à la fois fort et déterminé mais empreint d’un certain romantisme et d’une beauté poétique, à son image. Son nom lui va bien.

Ma grossesse  avait été stressante. Première grossesse, une surprise. J’étais âgée de 21 ans et je venais de finir ma première année de droit avec grand succès. J’ai commencé très tôt à souffrir de nausées extrêmes et dans mon enthousiasme naïf, ai préféré ne pas prendre de médicaments pour les contrôler.

Continue reading “Histoire d’une naissance bien ordinaire: Bébé#1”

Une bien bonne année!


Notre famille commence toujours l’année du bon pieds avec un anniversaire. C’est notre bébé numéro 4 qui prend de l’âge avec la nouvelle année.

ImageCette année, notre grande fille a du faire preuve de maturité. Nous avions une bien belle fête de préparée pour elle, avec une visite chez grand-maman (avec qui elle partage son anniversaire) la veille, une fête d’anniversaire avec son parrain, sa marraine et leur 5 enfants le jour de l’an et la visite de trois amies pour trois jours le lendemain. Puis trois jours après Noël, elle a été la première victime d’une grippe qui s’est rapidement propagée à travers la famille. La veille du jour de l’an, nous étions 7 malades à la maison, y compris la fêtée.

Sa sœur la plus proche, qui a miraculeusement échappé à l’épidémie, s’est mise à la cuisine. Puisque les parents ne pouvaient pas aller acheter le traditionnel gâteau à la crème glacée, elle allait en faire un elle-même. Elle a aussi tenté de préparer une fête du nouvel an pour les réchappés (dans sa chambre) mais c’était une fête bien solitaire: à 10:30, le dernier des moins malades se couchait pour la nuit. Image

Avec papa, ils ont quand même pris le temps de décorer sa chaise et d’emballer son cadeau. Et c’est ainsi qu’elle s’est réveillée un peu moins mal en point avec une célébration réduite mais tout aussi joyeuse. Image

 

Image
Je crois qu’elle aime son cadeau…
Image
Elles ont reçu des billets pour un concert de leur artiste préférée.