Un petit poème sur le printemps


Mes enfants vont à une école dite “d’enseignement personnalisé”, c’est-à-dire où l’enseignement est basé sur des principes montessoriens d’autonomie et d’auto-direction. L’enseignement personnalisé a aussi la particularité d’encourager l’apprentissage “par coeur” et la récitation de poésie, entre autres choses. Depuis notre déménagement, nous ne retrouvons plus le Larousse de la poésie que nous utilisions pour l’école. Mon mari et moi avons donc commencé à composer des poèmes pour les enfants, un peu en désespoir de cause. Nos recherches enligne étaient frustrantes et les poèmes rarement appropriés au thème proposé par le plan de cours.

Voici le poème que j’ai écrit pour mon fils qui est en première année (pour mes lecteurs français, la “première” au Canada est l’équivalent du CE1). Je me suis inspirée du petit lac derrière la maison.

Les oiseaux du printemps

J’habite auprès d’un lac qui se couvre de glace

Et que la neige enveloppe lorsque l’hiver arrive

Les oiseaux qui l’habitent n’y ont plus de place

Lorsque le froid descend et que se forme le givre

 

De novembre à avril le silence s’installe

Alors que les oiseaux un par un se déplacent

Ils partent vers le sud pour chercher le soleil

Et laissent derrière eux le néant blanc et vaste

 

Ils reviennent pourtant lorsque les jours s’allongent

Et je sais que l’hiver sera bientôt terminé

Lorsque je vois le canard qui de sa tête plonge

Et les oies qui reviennent en formant un grand V

 

Une fois la neige fondue c’est le héron qui revient

De son vol majestueux il traverse le lac

Puis les chardonnets arrivent en mêlée énergique

Et je sais que le beau temps est ici pour rester.

DSC_0725

Random Bullets


– Have you been following Senator Mike Duffy’s expense claim kerfuffle? The claim form confusion seems to be affecting many Senators and, if I may add, their staff. Because who are we kidding here? It’s not like Mike Duffy fills up his own claim forms. But a mistake was made and monies will be repaid. The same week Mike Duffy was ducking TV cameras and avoiding embarrassing questions, I received a letter at work. It’s a letter I receive all too often, coming from a desperate taxpayer who suddenly finds him/herself in the cross-hair of the Canadian Revenue Agency. They owe taxes, in small or large amounts. They got confused filing their forms, like the Senators. They never tried to evade the taxman and that’s probably why they are in such trouble: if they were professional tax-evaders, they would know how to stay out of CRA’s radar. But no, they paid their money, or rather what they thought was their money, and sent it to CRA with their home address and vital information. Only they didn’t send enough money. And last week, they received a letter asking them to pay their taxes before close of business or else. Or else. And the “or else” is not trivial. Unlike Duffy, they never had the option to repay. They are not only taxed but fined, threatened with a garnishing order – which in some businesses, like bank employees, means a loss of employment – or foreclosure. So make my day Mike Duffy. While Senators think they are doing the honorable thing by repaying pocket change and keeping their jobs, the bureaucracy is putting the tax base through the ringer. And nobody bats an eyelid.

– Speaking of taxpayers’ dollars, my city was hit by a major snow fall. The quantity of snow was significant and the mild, slightly above zero temperature, made it heavy and water-logged. More than 200 city buses got stuck and jackknifed in the white stuff.  Even my minivan with its kick-ass winter tires got (shortly) jammed in the fluff.

Two days later, it was time for the giant snow blower to remove the snow from the main arteries. I have readers in tropical climes — or so my statistics tell me — so let me educate you.

When a Canadian city is hit by a major snowfall, the roads need to be cleared progressively while the snow is still falling. The snow is first pushed to the sides of the road by snowplows driving up and down major arteries.

Snow plow pushing the snow to the side of the road.
Snow plow pushing the snow to the side of the road.

All this snow creates big walls of snow on each side of the road and must eventually be removed by a snow blower.

Snow blower blowing snow in a very big dump truck. It has a big, gas-guzzling engine.
Snow blower blowing snow in a very big dump truck. It has a big, gas-guzzling engine.

The snow blower blows the snow into several very large dump trucks who then take the snow to a snow dump.

Another day at the snow dump...
Another day at the snow dump…

Because it takes more time to make a round trip to the snow dump than to fill a dump truck with snow, several dump trucks take turns filling-up while the others go to the dump and come back. It’s like a giant snow-removal-tag-team operation. When the City removes the snow, cars cannot park in the streets. So the City puts snow removal no-parking signs to warn people. And people don’t pay attention and park in the streets anyway, hence the need to tow cars out of the snow blower’s path.

If the little no-parking sign doesn't make sense to you, this is what will happen.
If the little no-parking sign doesn’t make sense to you, this is what will happen.
Does this make sense to you?
Does this make sense to you?

Last week, I drove past 4 giant dump trucks idling on my way to the vegetarian restaurant.  As I got near the restaurant, I saw two more giant dump trucks idling behind the snow blower. The snow blower sat empty, on a forced coffee break, while the tow-trucks were towing one car after the other. And as if the waste of taxpayers’ dollars wasn’t mind bending enough, a pick-up truck from the City of Ottawa was accompanying the tow-truck, no doubt to deal with disgruntled car owners.  In front of the all-organic-all-the-time vegetarian restaurant, a Toyota Echo and a hybrid Ford Focus were being towed. How’s that for a lifetime of greenhouse gas savings blown away over lunch? I hope that the irony of having half-a-dozen heavy-duty diesel-powered engines idling while their energy-efficient matchbox dinkies were being towed away wasn’t lost on them as they digested their local organic kale.

– I started writing this post 3 week ago. That’s how slowly I write, in case you are wondering why I am posting about the last snow storm on a beautiful sunny day. Not only that, but why would I be posting about manly trucks on International Women’s Day? I listened to a few radio interviews today in between hosting a weekly meeting for my local babywearing group. Yes, women who choose to be attached to their babies as much as possible. From what I heard, Women’s Day is all about abortion and contraception and how hard it is to get either. Isn’t there more to being a woman than to be sexually available and artificially infertile? Because my experience as a woman who raised and gave birth to 8 children, running a home and occasionally a slew of volunteer activities is worth nothing in today’s economy. My degree is outdated, I am unemployable to most but the friend who gave me my part-time job, and I can’t even get a biology credit to return to University without going back to high school. As if I hadn’t learned more putting my kids through school than is required to enter the midwifery degree I so long to get. But hey, what is really keeping women down is not having enough pills. No: What is keeping women down is the belief that women have to be barren like men to succeed and that childbearing and child-rearing are impediments to equality. So that’s your International Women’s Day reflection from a women who is not using artificial birth control out of principle. And while I call myself a feminist for my radical view on the beautiful integrity of the feminine body, ovaries and all, I know that most feminists would be ashamed to count me as their own. Cheers!

Collation au volant


En septembre dernier, j’ai revu une maman que je connaissais depuis longtemps à travers l’école des enfants. Maman à la maison pour quelques années, elle avait pris congé du marché du travail pour avoir ses enfants. Son mari poursuivait une carrière accaparante et il semblait raisonnable qu’elle reste à la maison afin de s’occuper de la caverne pendant que papa allait à la chasse au mammouth.

Quand les aléas de la vie ont vu papa se retrouver sans emploi, maman est retourné travailler à contrecœur: bien qu’elle ait été plus “employable” que son époux, je ne crois pas que papa était un père à la maison dans l’âme. Il s’en suit donc que maman dû maintenir la caverne et s’occuper de la chasse au mammouth pendant que papa s’occupait vigoureusement à éplucher les petites annonces d’emplois dans The Economist — et peut-être se rattraper dans sa lecture, hum, qui sait?

Quand j’ai revu maman, elle avait doublé de taille. La sédentarité du travail de bureau n’a rien de comparable avec la vie quotidienne avec quelques enfants. Et le stress y était peut-être pour quelque chose? Je me préparais moi-même à retourner au travail à la fin de mon congé de maternité et j’ai pris note.

Mais que s’est-il passé? J’ai perdu la note. il est devenu difficile de courir régulièrement. Puis il y a le bol sans fond de M&M que mon patron garde bien rempli “pour les visiteurs”. Et tout d’un coup comme ça, juste avant les vacances de Noël, je n’arrivais plus à attacher mes pantalons. Pas drôle!

J’ai essayé de me mettre au régime mais mon corps qui allaite s’est rebellé. Trois semaines de régime n’ont pas réussi à faire bouger la balance. J’ai coupé le Nutella et la crème glacée complètement. Je n’ai jamais aussi bien — et aussi peu! — mangé de ma vie et pourtant la balance refuse de bouger. Cette semaine, elle a même augmenté de 3 livres. 3 livres… Pas grand choses mais démoralisant quand même.

Faute de comprendre ce qui ne marche pas et d’accepter que la quarantaine qui approche, la grossesse multiple et les 6 grossesses qui l’ont précédé, ont changé mon corps pour toujours, je tente de mettre moins d’emphase sur la balance et son allié le miroir qui me renvoient l’image d’une personne que je ne reconnais pas. Je me concentre sur la course, le prochain demi-marathon, le plaisir que j’ai à aller courir, et une alimentation saine.

Lorsque je déjeune à 5:30, j’ai besoin de refaire le plein avant midi. J’ai commencé à apporter un smoothie pour le trajet au bureau, histoire de ne pas tomber dans le bol de friandises en arrivant.

Le super smoothie simple et délicieux, végétarien, sans gluten et avec un petit boost de protéines en prime:

– une banane fraîche
– 3/4 de tasse de petits fruits congelés
– une bonne cuiller à soupe de beurre d’amandes
– environ une tasse (ou plus selon la consistance) de lait d’amande. Si vous avez le bec sucré, vous pourriez utiliser la version sucrée à la vanille. J’utilise du lait d’amandes normal sans rien.

Et voilà!

20130207-111423.jpg

The Human Library Project: The Mother of 8 book speaks to herself about it


I had the honour to be part of the Human Library Project this year in my city and a friend asked if I would write a blog post about the experience. It was a unique experience and I’m not sure where to start, so let’s start with a definition.

On the Human Library Day, readers get to “borrow” a Human Book for a 20 minute one-on-one conversation. The premise of the Human Library project is to give individuals the opportunity to meet people they would not otherwise encounter. A week before the Human Library day, I had the chance to appreciate the Human Library experience when I attended the Human Book orientation. When I arrived, I sat beside Zelda Marshall also known as The Drag Queen book. I shook her hand and introduced myself as The Mother of 8 book and her response was an enthusiastic: “Wow! I have a ton of questions for YOU!” and all I could think was: “Likewise”. It made me realize that mothers of 8 children were likely as foreign to Zelda’s day-to-day environment as Drag Queens were to mine. I didn’t get to ask many questions to Zelda that day, but as the Human Books introduced themselves one by one I grew in my appreciation of the unique opportunities offered by the Human Library project.

A week later, I arrived at my assigned library branch and met my fellow books. I was sharing the Human Library space with a recovering compulsive gambler, a Chef, a female firefighter, a person living with bipolar disorder, and a CBC radio newscaster. The Human Library set-up takes up a relatively small corner of the library space. Chairs are organized face-to-face but each book is separated from the other by a shared coffee table. You are no more isolated than you would be in a coffee shop having a private conversation with other customers chatting around you. Readers line-up at the library counter and ask to borrow the Human Book they would like to speak to. If they are among the first, they can go right away. If not, they are asked to come back at their assigned time. I believe that all the books were signed-out for the day before lunch time. Each one-on-one conversation lasts 20 minutes and the Human Book gets a 10 minute break before the next reader. In reality, the conversation wraps-up into the 10 minute break and a 5 minute break is more likely. I was warned early-on to take my breaks as the day would be exhausting. I think that “exhausting” is a relative notion: I was sitting in a comfy chair with a coffee instead of chasing, driving, cooking for, grocery shopping with, and generally cleaning after a family of 10. This was fun! But when I got home, I was spent!

My readers were all female and either young women with one or no children, or older women. It’s funny because I was expecting more women with children but really, they can’t come to the Human Library on a Saturday. They are too busy running their families! Some readers came with specific questions. Others just sat and waited for me to start. Then each conversation took a life of its own. Most readers were curious about the role of the older children in taking care of the little ones, the logistics of cooking and cleaning and how growing in a large family affects the character and personalities of the children. One young woman wanted to talk about contraception, human sexuality, natural family planning and the relationship between spouses in a large family. We talked about teenage pregnancies, abortion and why too many young women see their value through the lens of their sexual availability and desirability. It was my most memorable conversation. One grand-mother asked specifically about disciplining toddlers in preparation for a trip to visit her daughter and grandson. I don’t remember all my readers’ names but I remember their faces. Each of them unique. Each conversation breaking barriers and enlarging horizons.

I loved every minute of my Human Library experience. I enjoyed doing media, a long-lost dream of mine. I enjoyed talking about my blessed life – and challenges – as a Mother of 8. I really connected with my readers and I hope that they took home as much as I did.

Cheers!

La vie comme une rivière, la suite.


Suite à ma dernière publication en français «La vie comme une rivière » j’ai reçu quelques commentaires questionnant le message sous-jacent à mon texte. Certains m’ont demandé si l’adoption d’enfants à besoin spéciaux était le seul moyen « de se prouver. » D’autres ont observé que tout le monde n’est pas appelé à faire de grandes choses, que certains ne sont appelés qu’à bien mener une vie ordinaire.

C’est vrai. Nous ne sommes pas tous appelés à la même chose. Nous ne suivons pas tous le même chemin. Mais peut-être sommes tous appelés à quelque chose de plus grand que nous-mêmes? Ce n’est pas le point de départ ou d’arrivée qui importe mais le dépassement de soi. Combien de briques sont nécessaires pour former la base solide de la pyramide? Sans une base bien étayée, la pointe de la pyramide ne vaut pas grand-chose. Et c’est ainsi que ceux qui semblent nous dépasser ont eux aussi besoin du support d’une base solide. L’important, c’est d’être prêt à servir. Je me suis beaucoup questionné sur l’adoption : nous avons tellement à offrir. Pour l’instant, j’ai réalisé avec grande clarté que j’étais appelée à un rôle de support. Le support matériel et spirituel est une brique tout aussi importante de cette démarche. J’ai trouvé beaucoup de paix intérieure lorsque j’ai compris que plutôt que de me sentir inutile parce que je n’avais pas la même vocation , je pouvais transformer cette bonne volonté en prière et demander d’être prête à sauter dans la mêlée. Puis de faire confiance.

C’est ainsi qu’a commencé une belle histoire d’entraide et de support, tout tranquillement alors que je revenais de visiter mon amie qui vient d’adopter et qui se poursuit aujourd’hui.

Lorsque les jumeaux sont nés, j’ai commencé à m’intéresser au portage. J’avais besoin de mes mains et j’avais trois enfants qui avaient besoin de mon attention. J’ai découvert que le portage, c’était bien plus que de récupérer ses mains! Prendre les petits sur moi me permets non seulement de continuer à m’occuper des autres mais aussi de répondre à leur besoin de contact et d’attention. 15 minutes sur le dos de maman et j’ai des petits ressourcés, comme neufs. Bref, au cours de mon congé de maternité, j’ai découvert une communauté de portage, j’ai commencé à utiliser des écharpes et des porte-bébés préformés. Puis comme je porte beaucoup, j’ai commencé à accueillir des mamans chez moi et à me déplacer pour aider les mamans à apprendre l’art du portage.

Lorsque j’ai visité mon amie qui vient d’adopter, j’ai passé la journée avec son petit bonhomme de 2 ans et je l’ai porté dans le sling pour une bonne partie de l’après-midi. IMG_1898C’est fou comment le portage peut jeter des ponts et rendre une situation non familière normale pour un enfant. Puis j’ai porté une de ses jumelles dans mon préformé Manduca et j’ai tout de suite vu que ce serait la solution idéale pour que maman retrouve ses mains. La poche en tissus intérieur permet de bien placer bébé, sans la forcer dans une position non-physiologique (elles ont quand même 18 mois les puces, malgré leur taille de nouveau-né). Le préformé évitait la courbe d’apprentissage de l’écharpe pour laquelle maman n’a ni le temps ni l’inclination et le Manduca a la versatilité d’être utilisé pour son bonhomme de 2 ans qui, en surcroît d’avoir encore bien besoin de sa maman, doit la suivre à l’hôpital et en clinique, autant d’endroits où il ne pourra pas toujours toucher à tout et se promener librement. Avec mes trois de moins de 3 ans depuis l’année dernière, c’est porte ou crève; et mes circonstances ne sont même pas dans la même galaxie de difficulté!

Avant ma visite, j’avais pensé offrir une de mes écharpes à mon amie en cadeau de bienvenue. Je suis un fan fini de mes écharpes de portage. Mais j’ai bien vu que ce ne serait pas approprié pour une maman qui n’a ni le temps ni l’inclination de battre la courbe d’apprentissage de l’écharpe, d’autant plus que la pratique se ferait plus souvent qu’autrement dans le stationnement de l’hôpital l’hiver ou sur des planchers durs à l’intérieur de l’hôpital.

Même les grands enfants aiment le portage!
Même les grands enfants aiment le portage!

Au retour de ma visite, j’ai décidé de vendre deux écharpes de portage et deux slings afin de financer l’achat de deux porte-bébés Manduca. Le total se portait à $370 avant les taxes. J’ai donc annoncé mes écharpes à vendre auprès de mes amies du groupe de portage d’Ottawa sur Facebook. J’ai écrit un court texte sur le Manduca et le portage « à besoins spéciaux » et j’ai expliqué pourquoi je vendais mes deux écharpes. Moins de 20 minutes plus tard, j’avais reçu plusieurs messages me demandant si je prenais les dons : plusieurs mamans voulaient contribuer mais n’avaient pas besoin d’une nouvelle écharpe. Puis une amie m’a dit « Il y a 300 mamans dans le groupe de portage, si 25 mamans donnent $15, tu as tes deux porte-bébés. » J’ai donc annoncé que mon compte PayPal avait été remis à zéro et que celles qui aimeraient contribuer pouvaient le faire via PayPal. La vente de mes écharpes se ferait via PayPal de toute façon. Puis je suis allée me coucher.

Quand je me suis levée le lendemain matin, j’avais reçu presque $200 de dons et mes deux écharpes étaient vendues. J’avais presque $400 en main. Je me sentais presque mal-à-l’aise. Je n’avais même pas eu le temps d’en parler à mon amie et j’avais un peu peur qu’elle refuse, se sentant peut-être l’objet de charité ou de pitié. Mais cette réponse enthousiaste de ma communauté de « mère-porteuses » n’était pas motivée par la pitié mais plutôt par un sens d’entraide. Ces mamans avaient lu l’histoire de mon amie sur son blogue et avaient été profondément touchées par cette adoption un peu folle par son altruisme. Tout comme moi, elles étaient portées par un désir né du cœur de faire partie de cette belle histoire. Nous ne sommes pas toutes appelées à l’adoption d’enfants dans le besoin, mais nous pouvons toutes offrir notre support, nos prières et nos pensées à ceux qui le sont.

Lorsque les porte-bébés ont été achetés, il me restait encore de l’argent. J’ai d’abord pensé leur offrir une carte-cadeau chez Costco ou Walmart mais j’ai réalisé, lorsque les jumelles ont été réadmises pour leur deuxième séjour à l’hôpital en autant de semaines, que mes amis n’avaient pas besoin d’épicerie mais de repas. Ils ont besoin de temps plus que d’argent. J’ai donc organisé un bon vieux « party » de cuisine. Nous avons planifié un menu de repas congelés que nous allons préparer « à l’ancienne » c’est-à-dire en communauté, avec des mamans qui cuisinent, d’autres qui s’occupent des bébés, d’autres qui lavent la vaisselle. En quelques heures, nous devrions avoir une dizaine de repas près à congeler, des enfants fatigués et une bonne rasade de jasette et de compagnie.

J’ai beaucoup appris cette semaine. Sur moi-même, sur la valeur de la communauté, sur l’amitié. Et si j’ai ressenti un peu de gêne au départ en acceptant de laisser mes amies contribuer à ce cadeau, j’ai réalisé que le don n’est pas seulement ce qui est reçu. En donnant à d’autres l’occasion d’agir généreusement, nous devenons tous plus forts.

La vie comme une rivière


Vous êtes-vous déjà trouvé là, métaphoriquement debout au milieu de votre vie, à regarder tout autour et vous demander où vous vous en allez? À quoi se résume la somme de vos priorités, de vos choix,  où mène le chemin que vous avez créé par la force de vos décisions successives, comme l’eau courante qui creuse une rivière?

Plus la rivière est profonde, plus le courant est fort. Et plus difficile d’en sortir. Vous est-il déjà arrivé de vous croire destiné à de plus grandes choses? Puis de réaliser qu’à votre âge et compte tenu de vos habiletés, vous étiez sans doute arrivé au paroxysme de votre grandeur? Avez-vous trouvé votre appel, votre vocation? Je me pose souvent la question.

J’ai eu le loisir de me pencher sur le but de ma vie récemment alors qu’une amie proche et son mari sont allés au Viêt-Nam pour y adopter deux jumelles. Dans un acte de confiance aveugle en la vie, ils sont allés chercher ces deux petites filles qui avaient un besoin criant de soins médicaux, d’amour et d’une famille où s’enraciner. Cette famille hors du commun en est à sa deuxième adoption d’enfants présumés « à besoin spéciaux » que d’autres familles ont refusés, leur troisième adoption. Au cours du voyage, mon amie a écrit deux choses – sur son blogue ou Facebook – qui m’ont marquées. Le jour du départ (citation approximative, traduite de l’anglais) : « Je suis mon chemin, celui que la vie a mis devant moi. » Puis après avoir reçu ses filles : « Maintenant je sais pourquoi nous nageons à contre-courant depuis si longtemps. Tout nous préparait à accueillir et aimer ces trésors de la vie. »

Lorsqu’un proche pose un acte d’une telle grandeur, il est inévitable de se mettre en perspective. On voit nos peurs, nos doutes et nos limites avec une grande clarté. On se demande ce qui nous différencie de ceux qui agissent avec grandeur d’âme, générosité et courage. Car s’il est facile de se rassurer en se faisant croire qu’il s’agit d’êtres surhumains lorsqu’on les voit en reportage dans les média, c’est impossible lorsqu’il s’agit d’amis que l’on sait normaux, avec leurs doutes, leurs peurs et leurs limites.

Je me suis demandé quelle était la différence essentielle entre ceux qui accueillent la différence à bras ouverts et ceux qui la rejette. De nos jours, la science du dépistage prénatal nous permet de croire que nous pouvons choisir les défis que nous décidons de relever.

Car il s’agit de quelque chose de plus profond que le désir ou le désaveu de la différence. Les handicaps ou les besoins spéciaux ne sont pas qu’une différence pour les familles affectées : c’est l’engagement d’une vie et le renoncement à un parcours ordinaire. Et même si le bonheur se trouve au détour d’un parcours hors de l’ordinaire, nous semblons plus aptes à faire notre deuil du bonheur que de l’ordinaire. L’humain dépense plus d’énergie à éviter la douleur qu’à rechercher le plaisir, c’est un fait.

    

Alors qu’est-ce qui fait la différence entre ceux qui acceptent le défi, embrassent la croissance qui vient du dépassement de soi et ceux qui ont souvent tout à offrir mais le gardent pour eux? Je laisse la réflexion à des cerveaux mieux aguerris. Mais pour ma part, je sais dans quel camp j’aimerais me trouver si un jour la vie me fait appel. Et si j’ai appris une leçon de l’expérience de mon amie, c’est que nos décisions de tous les jours nous préparent à l’appel de la vie et lui offre un terrain fertile ou une terre brûlée.

Je veux être prête.

Do one thing a day that scares you


I always thought this was the stupidest advice. It usually comes with examples like “Jump off a plane” (with a parachute) or “swim with sharks.” I always think “You’re supposed to be afraid of sharks!” That’s why the human race has made it for so long. That’s why have the Darwin Awards.

Do one thing a day (month, year…) drips with self-indulgence. The bucket-list variety of fear-facing is often costly, self-centered and just plain counter-intuitive. When someone pays a small fortune to indulge in a one-shot deal, the cynic thinks the money would have been better spent elsewhere. No greater good is advanced when the affluent takes navel-gazing to a dangerous level. When it’s not dangerous, it tuns into a long Eat, Pray, Love -style insult to decency, an ode to emptiness.

And yet, heroism is made of the same willingness to overcome fears and obstacles, to face the insurmountable, to push the limits of intuition and self-preservation. Oddly enough, the self-centered and the self-less share the strength to push through: one outward, the other inward. It breaks my heart when I think about the wasted potential for greatness sunk in a dark hole of egotism.

Fear facing is what places us in front of our limitations, allows us to look at them in the eye and walk over them. But more often than not, the biggest growth happens quietly, discreetly, in a whisper rather than a bang. When we choose to give of ourselves past the point where it hurts. When we find meaning through challenges and difficulties. The fears that paralyze us through our ordinary lives are not the big ones, like sharks and heights, but the smaller fears of failure, judgement, discomfort and pain. The limitations we need to overcome are not physical obstacles but self-imposed, dictated by the demands of comfort, affluence, predictability. The real hero doesn’t shop which fears are worth overcoming. Real heroes face the fears that are thrown at them with grace, dignity and strength.

I have no desire to swim with sharks, jump-off a plane or sink my family’s hard-earned money into some international adventure tourism attraction. I just pray that I will have the courage to overcome the insurmountable when it shows up at my door. When fear will choose me, instead of me choosing it. And I also pray for the courage to overcome the molehills that my fear of failure make into so many mountains. Because what is the use of swimming with sharks when I’m still afraid of high school science?

What are your scary monsters?