Nosy, awkward and outrageous: how I cope with comments about my family’s size


Having a lot of children raises eyebrows. Heck, having children in any circumstances not reflecting a perfect sequence of material acquisition and career advancement raises eyebrows. Having a large family flies in the face of common sense. Thankfully for my children, common sense ain’t that common.

While we know the reasons that reason ignores, and while each child coming after the second adds a new thickness to our hides, comments about family size always hurt. The intensity of the burn ranges from mild annoyance at the grocery store to lasting pain and resentment at the hands of our families. No one likes to feel like an idiot, not even mothers of 4+ children.

We have 9 kids so we’ve been raising eyebrows since 1999. I have almost heard it all. I have heard really awkward. Awkward as your three year-old making a clear-as-springwater observation about someone’s dress or facial hair. I have heard outrageous. Outrageous as only an older person with cognitive issues and no filter could possibly muster. No one has ever called me “selfish” but most moms of many have been called selfish to their face. Come spend a weekend with 5+ kids, it’ll knock the selfish right outta ya. I rent my family by the week — if you can last that long — for self-centered relaxation. Try it if you dare.

I am asked often how I deal with negative comments about my family’s size. I have a supernatural ability to ignore things that bug me, that’s the easy answer. I’m like the Penguins in Madagascar:

smile-and-wave

That said, I had two meaningful interactions with older folks when I was a young mom expecting my third child. One had had one child (whether by choice or circumstances, I don’t know) and that one child had died suddenly in his mid-forties. The second had had 10 children in close range. The one with one child still had regrets at age 80 about not spending more time with his family, about not seeing his son grow-up. The one with 10 children told me of the people in her nursing home: “All these people were sorry for me when I was having my children one after the other. Now they think I’m lucky.”

These two conversations had a profound impact on me. On my perspective on having children and making family-centered decisions. It taught me that (1) none of us gets another kick at the can once our fertile years are behind us and once our kids are grown; and (2) that raising young children is the grunt work of parenting, the tiling of the field from which the harvest will later come forth. It’s a use-it-or-lose-it proposition: we don’t get to pour the time, care and affection we didn’t pour into our children once they are grown and we don’t get to have more children once we are older and lonelier. The blessings of children are not the sleepless nights, the bum-wipings and the ear-piercing shrieks. No. Those are the latrines of parenting. The blessings come later, once the field has been tended and nurtured, early in the morning, late at night, in the cold, in the rain, back-broken and exhausted, when you felt like it and when you did not.

Most people make their family size decisions in the here and now. That’s fine, whatever floats your goat. whatever-floats-your-goatBut we never consider what comes after the crazy years of raising small children. Of course two children under 3 is enough! Children under 6 are crazy animals. Maybe some people have large families because they love being pregnant while chasing a potty-training toddler who still doesn’t sleep through the night but I sure as heck did not. I have more children because I know that however intense these years are, they are but a flash in comparison to the other lifetime I will spend in my older years.

Bear with me for a second. I started my family at 21, now I’m 42. That’s 21 years of having little kids in the house. Assuming my 9th is my last, I have another 5 years of little-kid-madness ahead of me, for a total of 26 years. Insane right? That said, assuming I live as long or longer than my grandparents, who died between the ages of 80 and 100, I have another 42 years — probably more like 50 — of life without small-kid-insanity on the horizon. Fifty year. I haven’t even been alive that long! That’s what I mean by “another lifetime”: 40-50 years of friendship and support and family meals and visits and help and whatever other amazing things will come out of having a large gang of properly attached people around me. And no one will burn-out supporting me because the work will be split 9 ways, times their spouses, times their own kids.

My husband and I were on a dinner date last year and while chatting with the waitress she pointed at a large group seated nearby. She mentioned that it was a group of 14 celebrating their mother and grandmother’s 80th birthday. All her children and grandchildren were present around the table and the matriarch was beaming, seated in the center of the table as I had seen my own grandparents do so many times when their descendants were visiting. I counted 4 grown children and their spouses with 6 grandchildren among them. The small popular restaurant was almost full and renovations were underway to open-up a mezzanine overlooking the main floor. I told my husband: “It just occurred to me that if most of our children get married and have children, and if some of their children have spouses and children, we will need to book the entire restaurant when we turn 80. It will be full to the rafters.”

When I get totally overwhelmed by the present moment, I remember the “after” and the rafters. People who think we are nuts today can’t see what we’re seeing. This is the truth.

14285651_1071349806315861_1900627908_o

Été 2016 – Des nouvelles de la famille


Bonjour tout le monde, ou du moins ceux qui me lisent en français! Il y a longtemps que je vous dois des nouvelles fraîches mais j’ai à peine écrit deux phrases qu’un enfant se réveille: interruption à point qui illustre bien pourquoi je n’ai presque rien écrit depuis un mois. Alors on commence comment?

L’été est arrivé comme à chaque année le 21 juin, avec l’anniversaire de Colin, mais pour notre famille les vacances ont commencé un peu plus tôt — en mai — afin de me permettre de travailler sur un contrat de rédaction technique. Nous avons eu le plaisir d’accueillir une jeune fille pour l’été qui est venue garder les enfants pendant que je travaillais. Travailler de la maison avec de l’aide s’est révélé une solution idéale qui m’offrait un certain équilibre et me donnait un peu d’espace pour respirer après une année intense d’école à la maison et de récupération.

Au tout début des vacances, Lucas s’est cassé la jambe en sautant sur le trampoline. Avoir un petit éclopé a certainement mis une bonne cuiller de sable dans nos engrenages. Les 5 plus jeunes allaient passer l’été à la maison, un petit été tranquille, marqué par les randonnées dans la forêt autour de la maison, les picnics à la plage du village et les visites au Daily Scoop, le comptoir à crème glacée local. Avec la jambe dans le plâtre jusqu’à la hanche, les randonnées en forêt étaient difficiles, la plage était impossible, ça nous laissait le comptoir à crème glacée que nous avons honoré par notre présence sur une base presque quotidienne. En août, nous avons fait notre pèlerinage annuel au camp familial, lieu de repos et de ressourcement — enfin, autant que les vacances avec les trois plus jeunes le permettent.

summer-2016-collage

Au début de l’été, j’ai commencé à publier des vidéos genre “tranche de vie” sur YouTube avec l’espoir d’augmenter ma visibilité en ligne. Je n’ai pas eu le succès espéré et je me suis retranchée en août. Le temps requis par l’assemblage de me petits vidéos empiétait sur tout mes autres projets et sans vraiment faire de différence sur mes statistiques. Bref, je dois accepter que mon message — qu’il soit écrit ou filmé — n’est populaire qu’auprès d’un noyau loyal de supporteurs — et de membres de ma famille — qui me suivent depuis le début. J’ai beaucoup de plaisir à écrire et à produire mes vidéos mais je ne crois pas que mes publications vont me permettre de gagner un revenu. Bref, j’ai passé un peu de temp cet été à accepter que mes projets écrits ne sont qu’un hobby et que la rédaction technique est mon gagne-pain. C’était une réflection importante pour moi car j’ai passé les dernières années à justifier le temps que je passais à écrire et à produire mes vidéos comme un investissement dans ma carrière. Cette conclusion donnait un certain aura, une priorité, à mon écriture en relation à mes autres ambitions et passe-temps. Lorsque j’ai accepté que mon écriture ne résonnait pas auprès d’un large public, ça m’a donné la permission d’explorer d’autres formes d’expression qui m’apportent du plaisir mais pour lesquelles je n’ai aucun talent ou ambition, comme la peinture, la poésie et la musique.

thumbnail-collage

En partageant cette reflection avec vous, je ne cherche pas les compliments ou les encouragements. Je veux seulement vous dire que le monde de l’Internet dans le fond, c’est un grand concours de popularité. Et je n’ai jamais été populaire à l’école. Là où je réussi à faire une différence, c’est plutôt dans les présentations que je fais auprès de petits groupe intimes et dans le contact personnel avec les lecteurs qui communiquent avec moi par téléphone ou par email pour avoir des conseils et de l’encouragement. J’ai rencontré des familles extraordinaires par le biais de mon blogue et c’est une présence en-ligne que j’ai du plaisir à maintenir. J’ai beaucoup réfléchi sur la tension qui existe entre rejoindre une large audience qui me permet de gagner un revenu ou poursuivre mon bout de chemin anonyme mais significatif. Idéalement, j’écrirais des choses qui changent la vie de millions de personnes et j’en ferais ma carrière. Cependant, il semble que pour le moment je ne réussi à toucher qu’une poignée de familles mais que ce contact est significatif. Qualité versus quantité. Je rêve d’avoir une grande quantité de qualité mais ce sera pour plus tard, peut-être quand les enfants seront plus grands.
Les enfants vont bien. Clara commence sa troisième année d’université et travaille pour la réserve des Forces Armées Canadiennes comme ingénieur de combat. Colin commence sa deuxième année d’université au Collège Militaire à Kingston en Ontario. Éloïse et Marie sont retournées à l’école cette année après 2 ans à la maison pour terminer leur cours secondaire. David et Sarah continuent à être éduqués à la maison, les jumeaux — qui vont avoir 5 ans cette semaine! — commencent à faire “du travail” avec beaucoup d’enthousiasme. Nous avons terminé l’année d’école 2015-2016 à la maison par la peau des dents en mai dernier et j’ai immédiatement commencé à faire de l’anxiété en pensant au mois de septembre. Je croyais que j’étais un peu brûlée et que mes nerfs se calmeraient avec un peu de repos et un changement de routine. Malheureusement, l’anxiété est devenue de plus en plus sévère alors que Septembre approchait et vers la fin août, j’étais complètement sur le carreau. Nous avons dû changer notre plan d’attaque afin de continuer à mettre un pieds devant l’autre. Paul a pris la responsabilité de l’école à la maison et reste à la maison avec les enfants deux jours par semaine et le samedi. Je m’occupe de l’école le lundi et le mercredi. Cet ajustement devrait me permettre de respirer et offrir aux enfants la structure dont ils ont besoin et que Paul est plus apte à fournir. La dynamique entre les enfants et moi est tendue, sans doute parce que je suis tendue, et j’espère que je vais retrouver mon air d’aller plus tôt que tard.

Je vous souhaite une bonne année scolaire. Rappelez-vous que que dans la vie, on avance ou on recule, il n’y a jamais de beau fixe. Du moins jamais pour longtemps.

summer-2016-collage-2