Homeschooling sanity


Whenever you are out and about with a gaggle of homeschooled kids, someone is bound to ask if they are sick or on holiday. And whenever the children answer “No we are homeschooled!” someone is bound to reply one of two things:

Oh, I could never do that, I don’t have the patience!

Or

Oh, I could never do that, my kids wouldn’t listen to me!

Ask my kids, they’ll tell you I don’t have the patience either. Really, who in their right mind would choose to lock themselves-up in a house all day with a bunch of school-aged kids? Honestly, I don’t know. But if you think that homeschooling moms have a special gift (or illness) that gives them supernatural powers of patience and understanding, you are sorely mistaken. I have yet to meet a homeschooling mom who never had a day (week, month) where she thought of calling the school’s registration desk right ‘freakin’ now. Or just put her kids at the bus stop and hope that the driver wouldn’t notice and take them away.

Three people have asked me (separately) how to stay sane while homeschooling. According to some of my closest family members, my sanity is (A) questionable, and (B) in danger. But if you come closer, I will tell you that the question of staying sane while spending my every waking hour with my own children kept me from homeschooling for the last 8 years. Yes, you read that right. My husband and I started talking about homeschooling 12 years ago and we kept our now-18-year-old daughter at home for grade 1. Within 6 months, I was struggling so badly we decided to stop homeschooling. That’s not quite the whole story but it is all you need to understand that I GET IT. I know what you mean. This failure has been weighing heavily on me ever since, not the least because I believe so fervently that homeschooling can bring the best out of children. Before we re-launched this year, I had to spend some time in deep thoughts (and prayer) on why we had failed the first time and what we would do differently this time.

First, this blog post will not be a grocery list of concrete things to do. I think that emotional balance is mostly in your head, meaning that if your head and heart are not healthy, no amount of shopping sprees, traveling and weekends away will restore it. I also think that concrete things – like hiring a cleaning lady or going to the gym – are very circumstantial. In other words, it might not work for everyone in their current circumstances. Whenever someone suggests that I do x,y,z “while the babies nap” it reminds me that my babies no longer nap and it makes me feel even more discouraged and overwhelmed. I want to encourage you! As a result, I will stay away from suggestions that hinge on having more time or more money (usually both) because if my life is any indication, they are both in short supply.

Before we dig-in, I would like to specify that the sentiments and dispositions of the mind expressed in that blog post are my own. I am not saying that you should feel the same way. I strongly believe that happiness has to come from within and that’s why my approach to homeschooling sanity is to work on my own heart and soul as opposed to trying to control my circumstances. In today’s world, we are more likely to blame others and the limitations they impose on our choices than turn our gaze inward. If you are looking for a “Top 10 tips that will save your sanity for sure,” you may have knocked on the wrong door.

1. Accept the pace. Homeschooling is hard. The first step in remaining sane is to accept that what you are doing is hard work. It’s physically and emotionally demanding. It’s a counter-cultural decision for which you will face opposition and criticism. Sometimes from your own children. You will feel pressure to perform and turn out prodigies. Your children’s character flaws and temperaments will be in your face, hour after hour, day after day. Homeschooling is hard but it is worth it. Find examples in your life of situations that were difficult but ultimately worth it… Having children, getting married, maybe conceiving or adopting your children was an uphill battle filled with heartache. Accept that homeschooling is the path less traveled and there is a reason for that. As my husband often says about having 9 children – but it applies to homeschooling: “If it were easy, everyone would be doing it.”

2. Mind your head. If you are struggling with mental illness, even if it is a mild case of depression or anxiety, you will need to deal with it first. When we tried to homeschool for the first time 12 years ago, I was struggling with undiagnosed post-partum depression. Homeschooling chewed me up and spat me out. It takes solid footings to lock yourself up in a house with a bunch of young children day after day.

3. Remember why you are doing this. There are as many reasons to homeschool as there are homeschooling families. Homeschooling is a deliberate decision but it’s easy to forget when the children are swinging from the chandeliers and the school bus drives by your house. Whether you knew you would homeschool since your child’s birth or fell into homeschooling accidentally when the system failed your child, you are homeschooling for a reason. Write it down, stick it to your fridge or set regular reminders on your smartphone, but remember why you are doing this or your child will be back in school within 6 weeks.

4. Mind your marriage. Unless you are parenting solo, you will need the support of your spouse to homeschool. It goes beyond the decision to homeschool. You will need support and encouragement and your spouse is equally invested in the success of the endeavour. A dysfunctional or unloving marriage will completely crumble under the pressures of homeschooling. As your house becomes your base of operation, you will need love and harmony in the home like never before. Your marriage relationship sets the tone for all the other relationships in your home. If you face a lot of opposition outside the home from your friends and family, you will need the support and encouragement of your spouse all the more. My husband is my unquestioning cheerleader. Good day, bad day, I’m always doing great. Poor curriculum purchase? It’s ok, we’ll sell it on Kijiji. When I think I’m failing the children, he reminds me that a slow day is not a fail. He keeps me grounded and centered and I could not homeschool without him. If your marriage is strained or failing, deal with that first. Your children will benefit more from an intact and happy marriage than from homeschooling. This is the truth.

5. Put your oxygen mask on first. Don’t wait until you are struggling. When my daughter underwent surgery at 4 months and again at 4 years, her medical caregivers explained to me that if I dealt with the pain before it became unbearable, I was likely able to control it with Tylenol. This meant giving her pain medicine before she was in pain. If I waited too long to medicate her and the pain became acute, she would need much stronger medicine to be comfortable. In the context of homeschooling and being stuck at home with a bunch of young children, it means that small self-care practices can go a long way if you start them before you need to. Prayer, meditation, physical exercise and a coffee date with yourself will help if done regularly. Don’t wait until you need therapy and a month away at a resort.

6. Find your support system. Finding supportive friends in the homeschooling community is key to maintaining your perspective. You will need people who can listen to your good days but especially your bad days without judgement. Your circle of support will help you remember why you are homeschooling and help you get back up when you stumble. You may not live in a vibrant homeschooling community as I do and you may have to turn to social media and the Internet for support. That’s ok as long as your circle of support builds you up. The Internet can be a nasty space. Don’t waste time in online communities that leave you discouraged and defeated.

7. Work on character before curriculum. If you can’t get any compliance from your children, if you must yell to get your kids moving 10 times out of 10, if your relationship with your teenagers is strained on a good day and downright hostile the rest of the time, you need to deal with that first. It doesn’t mean that homeschooling is not for you. In fact, homeschooling might be the best decision you made in years. But you won’t make any headway in math and grammar until you have a better relationship with your children. Trying to teach curriculum to children who do not respect you will sap your will to live, I can promise you that. Deal with character issues first, even if it means that you don’t get to curriculum for a few months. You will make-up for lost time once you have a solid working and loving relationship with your children.

8. Don’t fight the change. Homeschooling is a lifestyle as well as an education decision. Whereas the choice between public and private school is an education decision, the decision to homeschool will affect your entire life. It will completely turn your daily routines and expectations on their heads. If you try to live as if you had simply made an education decision, you will burn out in no time flat. Your children are now with you all day. Your house will get messier, your spare times will get fewer and your school-based pressure valves – like art, outdoor play and physical activity – will disappear. You will learn to be happy where you are and with what you have but you will need to give yourself the chance to learn. I used to be the mom waltzing down the Staples aisle in September singing “It’s the most wonderful time of the year”. Homeschooling is a journey of learning for the parents too! Approach the growing pains with acceptance and let the challenges grow on you. Fighting change will not work.

You can follow our journey in pictures on Instagram where I post as @happy_chaos_

Advertisements

The family, a conference


I have been invited to speak at a conference on the family taking place next week at Dominican College in Ottawa. My topic is Christian virtue and the family. You can find registration information here. Please send me your best thoughts and prayers! Being added to the line-up late in the game means that I have little time to prepare. If you are in Ottawa, consider coming! I would hate to speak to an empty room.

Réflexion sur l’école à la maison


J’ai eu une discussion avec ma très chère mère cette semaine au sujet de l’école à la maison. Puisque l’écriture me permet de procéder l’information et d’organiser mes pensées, j’ai décidé de m’assoir et de jeter sur papier quelques idées qui m’ont été inspirées par cette discussion. J’espère que ma très chère mère ne m’en tiendra pas rancœur. Je dois préciser avant de commencer que les critiques de l’école à la maison dont je fais part dans cette publication ne viennent pas toutes de ma très chère mère. La plupart des critiques et inquiétudes face à l’éducation à domicile s’emboîtent. Il est donc difficile de commencer à un bout sans se rendre à l’autre. En d’autres mots, n’allez pas vous « pogner » avec ma mère si vous n’êtes pas d’accord, compris?

Ma discussion avec ma mère touchait à l’aspect social de l’éducation à domicile mais dans le sens large du terme. Généralement, les gens qui sont intrigués par l’éducation à domicile se demandent si les enfants vont voir assez de monde, se faire des amis, apprendre à fonctionner en société. C’est une inquiétude un peu superficielle qui trahi une absence d’imagination. Les sorties que les enfants éduqués à domicile font au jour-le-jour les préparent beaucoup mieux à la vie en société que l’environnement contrôlé de l’école. Les enfants font l’épicerie, vont à la banque, rencontrent des amis, aident aux tâches domestiques et font des activités d’enrichissement. Leur vie quotidienne est une réflexion beaucoup plus fidèle de la vie qu’ils mèneront plus tard. La question de la socialisation ne devrait pas être « Est-ce que les enfants éduqués à domicile sont suffisamment socialisés? » mais plutôt « Est-ce que l’école fourni une forme de socialisation exclusive, nécessaire à la maturation et à l’individualisation des enfants et adolescents? » En d’autres mots, hors de l’école point de croissance? Ou plutôt, est-ce que la croissance qui s’effectue en l’absence de scolarité formelle pousse croche, dysfonctionnelle, ou limitée? Voici ce sur quoi portaient les inquiétudes de ma très chère mère.

Sortie éducative
Sortie éducative

Les inquiétudes de ma mère portaient également sur notre déménagement prochain à la campagne, c’est-à-dire à environ 50 minutes d’auto du centre-ville d’Ottawa et 1h de la banlieue est d’Ottawa ou nous habitons présentement et où nos enfants sont enracinés depuis la naissance. Ma mère s’inquiète particulièrement pour mes jeunes adolescentes qui devront se faire de nouveaux amis. Le déménagement à la campagne, doublé par l’école à la maison, isolerait mes enfants, les rendant complètement dépendants de nous (les parents qui ont un permis de conduire) pour sortir de la maison. L’école à la maison nous rend les arbitres de l’éducation et la campagne nous rend les arbitres de la socialisation, limitant ainsi nos enfants à nos idées, nos priorités et les gens que nous voulons qu’ils voient et rencontrent. Ma mère croit que notre décision est née d’un désir de contrôle malsain qui aura pour effet de restreindre l’individualisation de nos enfants ainsi que leur ouverture sur le monde.

Ma très chère sœur, qui est plus discrète que sa mère quand il en vient à critiquer mes choix de vie, me regarde comme si j’avais deux têtes et s’inquiète de mon habileté à enseigner les matières que je ne maîtrise pas moi-même. De plus, elle se questionne sur les styles d’apprentissage et les styles d’enseignement : si le style d’enseignement du parent ne correspond pas au style d’apprentissage de l’élève, l’élève n’a pas la chance de changer de professeur à la fin de l’année. IMG_2188

Ce n’est pas très prometteur, n’est-ce pas? J’ai parfois envie de leur répondre : « Tant que les filles apprennent à repriser les chaussettes et faire la cuisine, elles n’ont pas besoin d’apprendre autre chose pour exceller dans leur vocation d’épouse. » Mais j’ai peur qu’elles me prennent au sérieux.

Je prends ces inquiétudes au sérieux mais je crois qu’elles sont basées sur une vision un peu nostalgique de l’école combinée à un manque de recherche sur l’éducation à domicile. L’environnement scolaire dans lequel grandissent mes enfants est incroyablement homogène. Il y a l’homogénéité socioéconomique d’une école de quartier située dans une banlieue aisée d’une ville considérée à l’épreuve de la crise économique. Mais aussi l’homogénéité politique et idéologique. Il est faux et mal informé de croire que les parents qui gardent leurs enfants à la maison prennent une décision idéologique contrairement aux parents qui décident d’envoyer leurs enfants à l’école. L’éducation est toujours un choix politique, ce n’est jamais un choix neutre. Rien n’est laissé au hasard dans les curriculums rédigés par les bureaucrates des divers ministères de l’éducation. La décision d’envoyer un enfant à l’école publique, privée ou à la maison est une décision qui porte sur ce que nous voulons que notre enfant apprenne, comment, et par qui. Le système scolaire est imbibé d’idéologie. Le testing provincial, l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation, la formule de financement qui favorise le rendement académique sont des décisions idéologiques. La maternelle à temps plein en Ontario est une décision idéologique. Le cours obligatoire d’éthique et religion, la garderie à 5$ au Québec, sont des décisions idéologiques. De nombreux proverbes et dictons comparent l’éducation à l’agriculture et la croissance d’un enfant à la maturation d’un fruit ou d’une semence. L’État à une idée du fruit qu’il veut cultiver et jardine en conséquence. La Corée du Nord et l’Arabie Saoudite et la Chine interdisent l’éducation à domicile, à l’instar de l’Allemagne Nazie. Les dictatures comprennent bien le lien entre l’éducation que reçoivent les enfants et le produit final. Vous pouvez faire confiance à un tyran pour démontrer l’importance d’imposer l’ordre du jour tôt et de le répéter souvent. Au Canada, toutes les provinces reconnaissent l’éducation à domicile comme un choix éducatif valide. Permettre ou interdire l’éducation à domicile est un choix politique. L’éducation est toujours politique, que vous le vouliez ou non.

Un beau sourirre
Un beau sourire

Les décisions politiques relatives à l’éducation ont des ramifications jusque dans l’enseignement lui-même. Ma sœur, qui s’inquiétait des styles d’apprentissage et d’enseignement, ne réalise pas que les budgets et les curriculums scolaires sont tellement ficelés serrés que même les professeurs qui voudraient enseigner en fonction de la variété de styles d’apprentissage qu’ils retrouvent dans leur salle de classe en sont rarement capables. En 14 ans de scolarité avec 6 enfants à l’école, je n’ai jamais, jamais, eu de discussions avec un professeur sur le style d’apprentissage de mes enfants. Moi-même, produit du système scolaire, me suis crue d’intelligence limitée jusqu’à ce que je commence à lire sur les styles d’apprentissage dans le cadre de ma préparation à l’enseignement à domicile. J’ai un enfant qui a donné du fil à retordre à ses professeurs et qui a fini par couler en math et en sciences malgré une intelligence vive. Nous en avons entendu de toutes les couleurs : il veut de l’attention, il manque de discipline, il est paresseux, il est baveux, il se pense meilleur que tout le monde. Il a croisé une vingtaine d’enseignants au cours de son passage à l’école, d’excellents et de moins bons. Ai-je une seule fois entendu parler de son style d’apprentissage? Non. La première personne qui a mentionné son style d’apprentissage était la tutrice de mathématique que nous avons engagée pour l’aider à passer son cours d’algèbre. Et une tutrice, je peux encore en engager une, même de la maison. Je connais mieux le style d’apprentissage de mon enfant que les professeurs qui n’ont vu qu’un adolescent baveux qui se pensait au-dessus de tout le monde.

Sortie éducative. Deux fois le même mois!
Sortie éducative. Deux fois le même mois!

Tout comme le gouvernement, j’ai pris une décision de principe sur l’éducation que je voulais que mes enfants reçoivent. J’ai pris la décision de mettre la famille au centre de la scolarisation de mes enfants plutôt que sur la bande. J’ai décidé de socialiser mes enfants à partir de leur famille plutôt que de l’environnement scolaire. J’ai décidé que l’homogénéité sociale poursuivie par le système scolaire ne servait pas mes enfants aussi bien que l’éducation variée et ouverte que je pouvais leur fournir à la maison. Il suffit que je regarde autour de moi, que je lise les nouvelles, pour voir que la société est malade. Intimidation de l’élémentaire au milieu du travail, consumérisme débridé, individualisme sans bornes, nombrilisme maladif, tous des maux sociaux enracinés profondément autour de nous et qui apparaissent très tôt à l’école. Ce n’est pas l’école qui créé ces cancers sociaux, mais l’organisation de la journée et de la salle de classe laisse les enfants se superviser entre eux sous l’ombrelle souvent distraite d’un professeur compétent mais complètement débordé. La maturation et l’individualisation des enfants est menée par un groupe de pairs tout aussi immatures plutôt que par un adulte compétent. À la maison, même avec 9 enfants, mon ratio adulte : enfant est plus avantageux que celui d’une salle de classe primaire. Alors quand on me demande « Et la socialisation dans tout ça? » je réponds que je désire moins de socialisation par les pairs et plus de socialisation par les parents, la famille, les vrais amis et les adultes proches. C’est vrai que mes enfants ne voient pas 150 autres enfants par jour. Mais la qualité de leur socialisation est infiniment meilleure. Qualité versus quantité. C’est mon projet.

Cette semaine, Opéra Lyra à Ottawa a donné deux représentations de la Flûte Enchantée pour les enfants et adolescents éduqués à domicile. Le mouvement d’école à la maison grandi et prend de l’ampleur à chaque année. Alors que j’attendais en ligne pour entrer dans l’auditorium, je regardais autour de moi, pensant à cette publication. Les parents étaient de toutes les couleurs et de tous les milieux. J’y reconnaissais des parents de tout credo, jeunes et moins jeunes. Les enfants se réjouissaient de revoir de vieux amis, il régnait une atmosphère pétillante et joyeuse. Certains enfants et adolescents étaient venus déguisés en personnages de la flûte enchantée, certains avaient fait leur costume eux-mêmes. Plusieurs familles avaient profité de l’occasion pour piqueniquer aux abords de la rivière qui bordait la salle de spectacle. C’est alors que j’ai réalisé à quel point la communauté de l’école à la maison était variée et accueillante. Parmi les parents, enfants et amis autour de moi, le seul point commun était l’école à la maison. L’école de quartier rassemble les gens d’une même aire géographique. L’école privée rassemble les gens d’une même aire socioéconomique. Les raisons de faire l’école à la maison sont aussi variées que les familles elles-mêmes.

J’ai pris une décision contre-culturelle lorsque j’ai décidé d’avoir une famille nombreuse et de renoncer à ma carrière juridique. Notre décision de faire l’école à la maison est une extension naturelle de cette décision. Nous ne sommes pas soudainement devenus normaux parce que nos enfants sont d’âge scolaire.

IMG_2630