Are we killing you yet?


By popular demand, I translated my previous post on large families and the environment.

About a month ago, our family was the subject of a full-page feature in our local newspaper. This is not the first time that my little gang and I appear on the pages of a newspaper: last year, I took part in a Globe & Mail piece on the decision to stay home or return to work.

When you are the mother of a large family and you make a media appearance, you have to expect the global warming trolls to come to the party, regardless of the topic. We seem to be a looming menace: if everybody did what we did, the environmental impact would be disastrous. In theory maybe, but what about reality?

You don’t have to be a scholar in demographics to see that large families are not the cause of overpopulation. Assuming that you accept the arguments in favour of overpopulation. A quick glance at the literature shows that concerns over demographic decline are at least as pressing as those relating to overpopulation. Birth rates (the number of live births per thousand of population per year) and fertility rates (the average number of children born to women of childbearing years) are declining throughout the world. While many under-developed countries still show birth rates over the population renewal rate (2.1 children per women), their birth rates are in decline. Statistics suggest that the increasing world population is not caused by too many births but by an increase in life expectancy. In other words, we didn’t start breeding like rabbits; we just stopped dropping like flies. The elderly population is on the increase worldwide but the children population is decreasing steadily.

Blaming large families like ours for overpopulation discounts the fact that for countries like Canada, the fertility rate is significantly below the population renewal rate despite a handful of large families. Think about it: the fertility rate of 1.1 children per woman includes women like me. We don’t seem to be making a noticeable difference. If anything, we make demographic decline slightly less scary. I often meet funny people who enjoy telling me:

“I’m happy that there are people like you to make up for people like me.”

Except that we are outweighed: there are too many people like you for people like me to compensate.

Some will tell me that demographic decline is desirable to make-up for our poor ecological balance sheet. While it is true that resource abuse is threatening the environment, I would counter that what is killing the planet are abusive mentalities, not large families. If large families are too few to make a statistical difference in birth rates, what makes you think that there are enough of us to compromise the environment? Resource abuse and overuse happened in parallel with demographic decline. The problem is not simply how many people are killing the planet, but how they are doing it!

Our family lives in the suburbs of Ottawa in a typical wealthy suburban neighbourhood found throughout North America. Large single family homes, 4 bedrooms, double car garage. Two cars, or rather, one car and a larger vehicle such as a minivan or a SUV. The house we currently live in was designed for a family of 4 or 5 people. On my street, in houses of similar size and function, you will find mostly couples with no children or 1 or 2 children. Some are young families hoping to expand but most are older. They all live in 3 000+ sq. ft. homes built on former prime agricultural land, with 2 vehicles, air conditioning and heating brought to you by some coal-fired power plant somewhere in Ontario. It doesn’t cost more to heat-up 3 000 square feet for a family of 10 than it does for a family of 2 by the way. Except that with the size of my bills, when the weather is nice I open the windows. Most of my neighbours turn-on the A/C in May and turn it off in October. And while my pile of garbage is bigger than theirs, the truck moves for them as much as it does for me… and their garbage pile is not one fifth of mine, although their household is. Their vehicles are never full and move at least as much as mine do, filled to the brim. This March Break, we stayed home bar a 60 minute drive to the nearest ski hill. Half of my children’s school friends flew-off to a sunnier destination. And you are shaking your accusatory finger at me?

Let me tell you what is killing the planet. It’s egotism. It’s a culture of entitlement that drives us to grab what should be ours, whether we need it or not. It’s the pursuit of “more”, not to say “too much”. Take a drive through Ottawa’s old neighbourhoods and take a look at the little brick bungalows. 2 or 3 bedrooms, no bigger than a triple car garage. Reflect on the fact that these homes were once considered “family-sized”, at a time where families were bigger. Today, my single family home features two bedrooms with full ensuites. Ideal for the only teen who would rather not share a toilet with his parents: your children can now sleep, socialize and shower in their very own personal wing. They don’t even need to interact while going to take a pee! Progress would be a built-in meal door. But the problem is my husband, my children and I?

From my home office window, I watch the school buses go by. Every day, a well-meaning mother drives her daughter – who looks to be about 12 years-old — to the corner and picks her up at the end of the day. In Ottawa, a student cannot walk more than 500 m to get to a bus stop. If the distance between his home and the bus stop is greater than 500 m, a new bus stop is created. Throughout this very cold winter, the coldest on recent record, our attentive mother drove her daughter to and from the bus stop. The daughter never wore as much as a hat. No scarf, no mittens, not even a pair of boots. You need to understand that within a 500 m radius of my home office window, there is no low-income housing. We are not talking about a child in need; we are talking about a child who cannot walk 500 m (probably less) in the winter because it is “too cold”. And it’s too cold by choice. That’s the kind of choice, made every day, multiplied by millions of us, over our lifetime that brought planet earth to her knees. Not a handful of large families.

Waiting for the bus as I write. Not making stuff up.
Waiting for the bus as I write. Not making stuff up.

Yes, we use too much electricity, we drive too often and we wear too many clothes. We gather so much stuff that we must now build air-conditioned spaces to store our things. Do you really think that families like mine made Dymon Storage facilities pop like mushrooms? Not only have we covered our prime agricultural land with asphalt, we now build apartments for our stuff! We got there while our population was decreasing. Could you be looking for a culprit at the wrong place?

As for me and my husband, we will keep having children and raising them to become responsible citizens. I don’t know if we will succeed: the social forces pushing us toward overconsumption and self-centeredness are strong. But I believe that we have a better chance of succeeding because a large family is an incubator for the values that we hope to pass-on to our children. You should be happy: they will be paying for your adult diapers and performing your hip replacement surgeries for the next 60 years.

Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/
Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/

La menace nombreuse


Il y a environ un mois, notre famille a fait l’objet d’une chronique dans notre journal local. Ce n’est pas la première fois que j’apparais avec ma petite bande sur les pages d’un journal : l’année dernière, j’avais participé à un article sur la décision de retourner au travail ou de rester à la maison pour le Globe & Mail.

Quand vous êtes mère de famille nombreuse et que vous vous pointez le nez dans les média, il faut vous attendre à ce que les trolls du réchauffement climatique soient au rendez-vous, peu importe le sujet de l’article. Nous serions un bien piètre exemple à suivre : si tout le monde faisait comme nous, l’impact environnemental serait désastreux. Peut-être en théorie, mais qu’en est-il de de la réalité?

Vous n’avez pas besoin d’être expert en démographie pour voir que les familles nombreuses ne sont pas à la source de la surpopulation de la planète. En assumant que vous acceptiez les arguments en faveur de la surpopulation. Car une lecture brève des titres à ce sujet démontre rapidement que les problèmes reliés au déclin démographique sont tout aussi pressants que ceux reliés à la surpopulation. Et que les problèmes d’allocation des ressources reliés à la surpopulation sont temporaires. Je m’explique. Une lecture rapide des statistiques sur les taux de natalité (nombre de naissances enregistrées au cours d’une année par 1000 habitants) et les taux de fertilité (nombre moyen d’enfants par femme au cours de leur vie, entre 15 et 50 ans) sont en déclin de par le monde. Bien que de nombreux pays sous-développés se trouvent encore au-dessus du taux de natalité qui assure le renouvèlement de leur population (2.1 enfants par femme), leur taux de natalité est en déclin. À la lecture des statistiques, il semble que l’augmentation de la population mondiale ne soit pas autant liée aux naissances trop nombreuses mais bien à l’augmentation de l’espérance de vie.  Autrement dit, nous n’avons pas soudainement commencé à nous reproduire comme des lapins, nous avons simplement arrêté de tomber comme des mouches. Le nombre de personnes âgées est à la hausse mais le nombre d’enfants est en déclin de par le monde.

Blâmer la surpopulation sur les familles nombreuses comme la nôtre ignore le fait que pour un pays comme le Canada, le taux de fertilité est bien en-dessous du taux de renouvèlement, malgré la poignée de familles nombreuses qu’on y retrouve. Pensez-y : le taux de fertilité de 1.1 enfant par femme inclue les femmes comme moi. Nous faisons donc une bien maigre différence. Au pire, nous rendons le déclin démographique un tout petit peu moins menaçant. Je rencontre parfois des petits comiques qui me disent : « Je suis bien content qu’il y ait des gens comme toi pour compenser pour les gens comme moi »… Sauf que nous ne faisons pas le poids : il y a encore trop de gens comme toi pour que les gens comme moi puissent compenser.

Certains me diront que le déclin de la population est souhaitable puisque notre bilan écologique est peu enviable. C’est vrai. Il est difficile de ne pas voir comment l’abus de ressources est néfaste pour l’environnement. Cependant, je vous dirais que  ce ne sont pas les gens qui tuent la planète mais les mentalités. Puisque les familles nombreuses ne sont pas assez nombreuses pour affecter le taux de natalité d’un pays, qu’est-ce qui vous fait penser qu’elles sont assez nombreuses pour détruire l’environnement? L’abus de ressources se produit en parallèle avec le déclin de la population. Le problème n’est pas seulement combien de personnes piétinent l’environnement, mais comment!

Notre famille vit  en banlieue d’Ottawa dans un quartier bien typique des banlieues aisées que l’on retrouve aux quatre coins du pays. Grosses maisons unifamiliales, 4 chambres à coucher, garage double. Deux voitures, ou plutôt une voiture et un véhicule de type utilitaire sport ou minivan. Notre maison est faite pour une famille de 4 ou 5 personnes. Autour de chez moi, dans des demeures similaires en taille et en fonction, il n’y a que des couples sans enfants ou avec 1 ou 2 enfants. Certaines familles sont jeunes et espère faire grandir leur famille mais la majorité sont plus âgés. Ils utilisent comme nous 3 000 pi. ca. de superficie, bâtie sur des terres autrefois agricoles, 2 véhicules, l’air climatisé et le chauffage alimenté à l’électricité produite par une centrale au charbon quelque part en Ontario. Il ne coûte pas plus cher de chauffer 3 000 pi. ca. pour une famille de 10 que pour une famille de 2. Sauf que la taille de ma famille et de mes factures font en sorte que par beau temps, on ouvre les fenêtres. La plupart de mes voisins allument la climatisation en mai et l’éteignent en octobre. Bien que ma pile de déchets soit plus grande que la leur, le camion se déplace autant pour eux que pour moi, et leur pile de déchets n’est pas le cinquième de la mienne, même si leur maisonnée l’est. Leurs 2 véhicules se déplacent remplis au quart, pas moins souvent que les miens remplis à craquer. Et alors que mes vacances de mars se passent à la maison, avec un petit voyage de 60 minutes à la pente de ski la plus proche, la moitié des copains d’école de mes enfants sont partis en avion vers une destination plus ensoleillée. Et vous me pointez du doigt?

Je vais vous dire ce qui détruit la planète. C’est l’égoïsme. C’est une culture de pouvoir qui nous pousse à prendre ce qui nous revient, que nous en ayons besoin ou non. C’est la recherche du « plus encore », pour ne pas dire du « trop ». Lorsqu’on se promène dans les anciens quartiers d’Ottawa et que l’on y voit des petits bungalows en brique de 2 ou 3 chambres à coucher, pas plus grands qu’un garage triple, on se rappelle d’une époque pas si lointaine où ces maisons étaient considérées d’une taille acceptable pour une famille… alors que les familles étaient plus grosses! Aujourd’hui, ma maison unifamiliale a deux chambres à coucher avec leurs propres salle-de-bains. Idéal pour l’ado unique qui préfère ne pas partager une toilette avec ses parents : vos enfants peuvent maintenant dormir, surfer et se doucher dans leur aile personnelle. Ils n’ont même plus besoin de sortir pour faire pipi. Il ne manque que la trappe à repas! Mais c’est moi, mon mari et mes enfants qui sont le problème?

De ma fenêtre de bureau à la maison, je regarde passer les autobus scolaires. À tous les jours, une maman bienveillante vient reconduire sa fille qui semble avoir environ 12 ans à l’arrêt d’autobus et revient l’y chercher à la fin de la journée en minivan. À Ottawa, un élève ne peut marcher plus de 500 m pour se rendre à son arrêt d’autobus. Si la distance entre son domicile et son point d’embarquement est de plus de 500 m, un nouveau point d’embarquement est créé. Tout au cours de cet hiver rigoureux, le plus froid qu’on ait connu depuis belle lurette, notre maman bienveillante est venue déposer sa fille à l’arrêt d’autobus. Sa fille ne portait jamais de tuque, de foulard ou de mitaines. Pas même une paire de bottes. On s’entend que dans un rayon de 500 m de ma fenêtre de bureau, il n’y a pas de logement à loyer modique. On ne parle pas d’un enfant mal habillé par nécessité mais bien d’un enfant qui ne peut pas marcher 500 m (sans doute moins) en hiver parce qu’il « fait trop froid ». Et il fait trop froid par choix. C’est ce genre de choix, fait à tous les jours, multipliés par quelque million d’entre nous, sur l’espace d’une vie, qui sont venu à bout de l’environnement. Pas une poignée de familles nombreuses.

Oui, on utilise trop d’électricité, on conduit trop souvent, on porte trop de vêtements, on amasse trop de cochonneries et on doit maintenant construire des espaces de rangements climatisés pour accueillir les choses dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. Vous pensez que ce sont les familles comme la mienne qui rendent Dymon Storage si profitable? Non contents de tapisser nos terres agricoles d’asphalte, nous construisons des appartements de banlieue pour nos choses, que nous devons ensuite conduire en voiture d’un bout à l’autre de la ville. On en est arrivé là alors que la population continue de décroitre. Serait-il possible que vous cherchiez votre coupable au mauvais endroit?

Pour ma part, je vais continuer à avoir des enfants et à les élever de manière à ce qu’ils deviennent des citoyens responsables. Je ne sais pas si je vais réussir : les forces sociales qui poussent à la surconsommation et au nombrilisme sont puissantes! Mais je crois que j’ai une meilleure chance de réussir parce que la famille nombreuse est un incubateur pour les valeurs que je cherche à inculquer à mes enfants. Vous devriez être contents : ce sont eux qui vont payer vos serviettes d’incontinence et remplacer vos hanches pour les 40 prochaines années.

Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/
Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/