Jumeaux: L’histoire bien ordinaire de deux bébés en santé – La grossesse


Lorsque j’ai appris que j’attendais des jumeaux, j’ai fait ce que toute bonne mère nerveuse fait dans les circonstances et j’ai attaqué Internet. J’ai rapidement appris que c’était une bien mauvaise idée. Il y a beaucoup de choses qui peuvent mal se passer. J’étais enceinte d’un enfant, puis de deux. Et tout d’un coup, un monde de complications potentielles et d’histoires d’horreur s’abattait sur moi. Ayant passé plusieurs mois aux soins intensifs néonataux pendant mes études en bioéthique, j’avais vu plus de jumeaux d’un kilo qu’il n’était recommandable. J’avais vu les jumeaux prématurés, les jumeaux souffrant de malformations génétiques, les jumeaux victimes de traumatismes péri-nataux, bref, j’étais un peu inquiète.

Entre les risques inhérents à la grossesse multiple et ceux qui viennent avec l’âge, la multiparité ou les traitements de fertilité (tous des facteurs qui augmentent les chances de grossesse multiple), nous passons une bonne partie de nos grossesses dans un certain état d’inquiétude. Le but de cet article n’est pas de suggérer que le suivi rigoureux n’est pas nécessaires ou que les risques sont exagérés. Trop de jumeaux sont nés prématurément ou souffrant de complications reliées à la grossesse. Cependant, une maman comme moi va peut-être mieux dormir ce soir après être tombée sur cet article en faisant une recherche Internet sur les jumeaux. Tout peut très bien se passer. C’est le cas pour la majorité d’entre nous!

Suite à l’annonce des jumeaux, j’ai été référée à un obstétricien qui pratiquait dans une clinique spécialisée avec une clinique d’échographie. C’était très pratique: j’allais à mon échographie puis à mon rendez-vous prénatal. À la fin de mon rendez-vous prénatal, mon rapport d’échographie était disponible et mon médecin savait avec quoi il avait à faire. Ça m’évitais aussi de prendre rendez-vous deux fois avec tous les retards habituels. Finement, d’un point de vue de boule de nerfs, ça m’évitais d’attendre une semaine pour que le rapport soit envoyé à mon médecin et que je puisse en recevoir les résultats.

Ma grossesse s’est déroulée au fil des rendez-vous et des échographies sans problèmes. À 24 semaines, l’échographie a révélé un début de travail prématuré et j’ai été placée au repos. On m’avait prévenu que pour une méga-multipare comme moi le contraire serait étonnant. Nous avons engagé une étudiante qui est venue m’aider à m’occuper de ma fille de 2 ans. Des amies sont venues m’aider à m’occuper de mon jardin. Une autre nous a aidé avec le covoiturage. À travers tout ça, ma mère est venue presque tous les jours (il semble!) pour remplir les trous ici et là. Les enfants ont commencé à faire certaines tâches que je faisais moi-même. J’ai réussi à rester plus ou moins assise jusqu’à 34 semaines et les signes de travail prématuré se sont résorbés. À 35 semaines, j’avais repris mon rythme de vie presque normal, compte tenu de la fatigue envahissante et du manque de sommeil.

Vers 28 semaines de grossesse j’ai commencé à souffrir de maux à la symphyse pubienne. Ça c’est dégradé assez rapidement et en moins d’une semaine j’avais du mal à marcher et même à rester debout. J’ai consulté une physiothérapeute avec approche ostéopathique et les résultats positifs ont été non seulement immédiats mais convaincants. Après un seul rendez-vous la symphyse était sous contrôle et les manipulations douces ont réglé d’autres problèmes comme les maux dans le haut du dos, les jambes lourdes et la fatigue extrême dans les jambes. Je vous invite à découvrir l’approche ostéopathique en visitant le site web de mon beau-frère (le conjoint de ma sœur ), physio-ostéopathe de profession pratiquant à Gatineau (Québec): http://physiosteogenest.com/

Vers 20 semaines de grossesse nous avons reçu la confirmation qu’il s’agissait de jumeaux di-zygotiques et di-amniotiques (jumeaux di-di), c’est-à-dire des jumeaux fraternels conçus de deux ovules fécondés ayant chacun leur sac amniotique et leur placenta. Avec chacun leur petit environnement, Ève et Lucas avaient toutes les chances de leur côté pour se rendre à terme, en santé.

À partir de 15 semaines, Lucas et Ève ont gardé la même position et le même ordre. Lucas (A) la tête en bas du côté droit et Ève (B) par le siège du côté gauche. Vers la toute fin de ma grossesse (34 semaines environ) Ève s’est tournée la tête en bas et j’avais deux vertex à la naissance. Je crois que de reprendre mes activités quotidiennes — jardinage, travail ménager etc. — a contribué à la version.

Voici une galerie de photos de grossesse.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s