Des nouvelles des jumeaux: 5 mois!


For my English readers: this is a 5-month update on the twins with a picture gallery at the end. Enjoy!

Les jumeaux viennent d’avoir 5 mois et c’est le moment de vous donner des nouvelles. J’ai essayé de faire une session photo de 5 mois mais les bébés grouillaient tellement que… vous verrez en allant voir la galerie ci-dessous. J’ai pensé qu’une série de photos manquées raconterait mieux l’histoire que les 2 ou 3 photos plus ou moins réussies!

Qu’est-ce qui se passe dans la vie de cirque? Nous avons combattu plusieurs virus et quelques bactéries. Ma fille de 3 ans a terminé la garderie et est de retour à temps plein avec maman. Évidemment, avoir une petite dynamo avec moi a causé sa part d’adaptation. Je dois redécouvrir mes repères de mère au foyer et en découvrir de nouveaux: quoi faire pendant la journée avec trois enfants de 3 ans et moins? Comment faire les courses? Comment faire le ménage? Les repas? Je regrette de vous annoncer que cette mère de 8 enfants n’a aucune solution miracle pour vous: je m’occupe de ce qui crie le plus fort, que ce soit un enfant, un frigo sans lait, des livres de biblio en retard ou un plancher plein de traces de pas. J’ai quelques trucs de survie, par exemple ma mère vient chez moi une fois par semaine pour m’aider à faire l’épicerie. C’est une belle occasion de joindre l’utile au nécessaire et à l’agréable. Ma belle-mère rempli régulièrement mon congélateur et je n’ai à faire le souper que si je le désire.

Au niveau du sommeil, je continue — certains pourraient penser “en vain” — ma quête d’une meilleure nuit avec les jumeaux. Il n’y a pas beaucoup de progrès au niveau du sommeil de nuit mais j’ai forcé certains changements au niveau des siestes. J’ai remarqué quand Lucas avait 4 mois qu’il s’endormait souvent en chignant dans son siège d’auto en attendant nos départs. C’était un petit pleur pas très convainquant, sans larmes, et de courte durée. J’ai donc commencé à le laisser s’endormir seul pour sa sieste du matin et son dodo de la nuit. Il chigne pendant 5 à 15 minutes et s’endort. Parfois il ne pleure pas du tout mais si son pleur se change en pleur à fendre l’âme, je vais le voir pour le calmer, soit en l’allaitant… soit en l’allaitant finalement. Garder Sarah à la maison m’a permis de mettre l’emphase sur l’établissement d’une routine de sieste du matin (puisque je n’ai plus besoin de sortir le matin). Maintenant que la sieste du matin et le dodo du soir sont bien établis, je me mets à la sieste de l’après-midi. Il semble que Lucas soit beaucoup plus éveillé l’après-midi et a du mal à se calmer assez pour dormir. Jusqu’à présent, je me suis rabattu sur la balançoire pour l’après-midi mais je commence à coucher Lucas dans son lit. J’ai aussi acheté une machine qui fait du bruit de fond (white noise) et ç’a beaucoup aidé.

Puisque Lucas allait pleurer un peu, j’ai décidé de faire d’une pierre deux coups et de me débarrasser des sucettes. Mission accomplie sans trop de douleur: 4-5 mois est une bonne fenêtre pour le faire. Les bébés ont assez de dextérité pour trouver leurs doigts s’ils en ont besoin, ils n’ont plus autant besoin d’être emmaillotés (quoique mes petits le sont encore mais avec un bras qui dépasse) et ils ne sont pas encore attachés à leur sucette. Je me sers de la sucette à l’occasion lorsqu’ils sont en voiture.

En bref, mes bébés se réveillent encore au moins deux fois par nuit chacun, c’est-à-dire aux 3 heures maximum. J’allaite le premier qui se réveille puis le deuxième a un biberon. Au prochain réveil, j’alterne. Les nuits sont encore intenses puisque la toux de Lucas ne s’améliore pas: nous devons nous lever pour aspirer ses sécrétions et l’aider à tousser au moins une fois par nuit. Mais au moins il est capable de s’endormir seul pour autant qu’il soit bien nourri!

Notre routine quotidienne est donc structurée autour des siestes et d’une tentative de sortie s’il fait beau dehors. Et le ménage dans tout ça? Une amie me demandait si nous avions une femme de ménage ce à quoi j’ai répondu “Non” et elle a ajouté “Donc vous le faites vous-mêmes?” En fait, nous ne le faisons pas nous même! Il fait beau dehors donc nous sortons. Bonne journée à tous!

Advertisements

Living large in a small house: fitting 10 in a house built for 4


Pour mes lecteurs francophones: Voici une traduction de ma publication “Famille nombreuse de 7 enfants dans maison trop petite”. Vous pouvez trouver la publication originale ici.

The most entertaining part — and it can become an obsession — of owning a blog is to read the site stats, especially the search engine terms summary. For those who are unfamiliar with the technical underbelly of blogging, every time someone lands on my blog following a Google search (or any of the other search engines)  I get a little note in my stats telling me what those searches were. It allows me to make better use of the tags (and change some language, especially in French regarding twins nursing, that tends to attract, ah, er, readers that are not exactely looking for family fare *cough*). All this to say that someone landed on my blog while looking for “Large family with 7 children in house too small”. I was inspired.

Now, by popular demand, I am translating this post. Ok, one person requested. But we’re all about customer service here!

First, in the interest of full disclosure, I must tell you that I do not live in a house too small with my large family. In fact, my house is too large and I dream of designing and building the smallest house a family of 10 can comfortably occupy. When I say that I dream of living in the smallest possible house, what I mean is that I dream of a house I can keep clean. Unlike this one:

My guess is that the owners of this house -- currently being built in my area -- are not the ones cleaning it.

My husband, who has a design hobby, drew a 1,300 sq. ft house for our family inspired by the ideas found in Sarah Susanka’s The Not So Big House: A Blueprint fot the Way We Really Live. I have no doubt that it is possible to live in a house too small for a family with 7 children. However, what is usually lacking in North American houses is not so much space as well-designed space.

It reminded me of a conversation with a friend. When she and her husband bought their suburban house, they thought “This house is a good size for 3 or 4 children!” She added: “In another country, a mom like me would look at this house and say ‘This house is a good size for 3 or 4 families!'” And the families would probably be bigger!

Big enough for 3 or 4 children or 3 or 4 families?

You can observe the evolution of what is considered an appropriate house-size for a family by moving from the downtown area of most Canadian cities toward the suburbs. I’m always reminded, whenever I see this type of bungalow (below) that they were once considered a good size for 3 or 4 children. They usually have 3 bedrooms, one bathroom, a kitchen with an eating area and a living-room. The basements were meant as storage, as witnessed by the size of the windows in the foundation: you could not build an insurable bedroom with windows that size. Some houses had single attached garages.

A single family house in 1950-60

In today’s suburb, a single-family home has two storeys, a finished (or finishable) basement, a kitchen with eating area, a dining room,  a family room, a living room, 4 bedrooms and a double garage. And yet, several features show that these houses were built for families of 4 and can feel cramped for a large family. Even in our too-large house, we  redesigned some areas to make them more practical for our growing family. Here are a few thoughts in no particular order:

1. Do not limit yourself to what should be in a single family house. Yes, most houses have a family room and a living room but most people do not have 5, 6, 7, 8 children. We used to live in a house with an eat-in kitchen, a dining room, a family room and a living room. In other words, two eating spaces and two resting spaces. We had a wall built between the living room and the dining room and turned them into a music room and a home office. Then we had a resting space, an eating space, a study space and a piano space.

2. Open concept areas were not invented by parents of a large family. We used to live in a house with a cathedral ceiling in the kitchen open to the second storey and a front hallway open to the second storey. Visitors would be all: “This is great! This way you always know what the kids are doing!” Maybe, but when my husband was grinding coffee at 6:30 am in the kitchen, he could have been grinding it right in the baby’s room for the difference it made in the level of noise. Not to mention that you could not have a kid practicing piano in the living room while another was doing homework or watching tv in another room. Avoid open concept or try to close it off.

3. Think function. When we moved in our actual house, two of the children’s room had huge walk-in closets. We turned the walk-in in the boys’ bedroom in a small 3-piece bathroom (toilet, sink, shower) and a small laundry room, separated by sliding doors. Believe me, I appreciate my upstairs laundry room more than my boys decry the absence of a closet. Where do they put their clothes? Right now, we re-purposed bookshelves but it does look a bit disheveled. We will eventually get a couple of Ikea wardrobes.

A little messy but you get the idea. This used to be a walk-in closet.

4.Beware of yourself. Too often, our houses become too small because of too much stuff, not to much people. I know families who perform miracles with very large families in very tight quarters (we’re talking 8 kids in a 3-bedroom row-house with no backyard) and still manage to make their space look bright and cheerful. These people are, without exception, compulsive about what they bring into their house and what they keep there. They do not keep anything that has lost its function or outlived its usefulness and they certainly don’t get emotionally attached to stuff. For a good dose of motivation on the cost of clutter — personal and financial — I recommend Is There a Life After Housework? from Don Aslett. In a nutshell, if you have any storage area dedicated to things you no longer know what to do with, see part of every mortgage payment as rent for your stuff.

I realized while writing this post that we have done a lot of small changes to our living areas to make them more family friendly. My husband suggested that I expand on that in future posts, which I will do. Eventually.

Friday’s Mixed Nuts


1 One statement that may be offensive or viewed as insensitive to others but here we go. The public rendering of grief over pop-culture figures dying of drug/alcohol/both abuse  — like Amy Winehouse or Whitney Houston — drives me bonkers. It drives me bonkers because every day people die of drug abuse, either from overdose or over-usage. They don’t die in glory, they don’t have every Hollywood figure tweeting their sorrow, they don’t have glossy pictures of their better days splashed all over newspapers, they don’t get public tributes at award shows declaring what a great loss we’ve all suffered. They die alone, ravaged, miserable. Often, their families and friends have given-up on them years ago. Their only circle of support is the circle that keeps them deep into addiction hell. Amy Winehouse and Whitney Houston were the same miserable, ravaged, lonely people, just with publicists to smooth over the mess. They spent the GDP of a few small countries on dope, they messed-up their kids and loved-ones, they wasted their lives and talents and they get celebrated. Meanwhile in the Sudan…

2 Two court cases that should give you pause when a government official tells you not to worry over mandatory minimum sentences because prosecutors will use judgement in laying accusations: Smickle and Ian Thomson. Be afraid: prosecutors prosecute, that’s their job. Judges use judgement, that’s supposed to be their job… Unless you tie-up their hands with mandatory sentences.

3 Three years is too old to participate in programs at the Ottawa Public Library. Now, they do have a baby program for 0 to 18 months and a toddler program for up to 3 years. As a mother of 8 with a shiny new 3-year-old and infant twins, there is not a whole lot I can do outside the home. Can’t take them skating (I was informed by the helpful attendant that even infants in strollers needed to wear a helmet on the rink…. my babies are 4 months old!), can’t take them to the pool (there’s only so much life-saving you can perform with two babies in a sling) and now I can’t take them to story time because my 3 year-old is too old. Let me tell you something that may come as a shock to many modern parents: babies don’t care about books and stories. Babies care about you. You could read them the side of a box of Cheerios while sitting on the toilet and they would be just as enthralled, as long as you make eye contact. My 3 year-old on the other hand loves stories but doesn’t cares much about boxes of Cheerios once they are emptied on the floor. A day-time program for preschoolers would be welcome.

4 Four-ty is too old to start thinking about babies but we knew that already. What is worrying is the rising infertility rates among younger women. But, hey, who cares? There’s always new reproductive technologies, right? Wrong:

Canada’s pregnancy specialists have been sounding an alarm over the risks of deferred motherhood.

The Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada – which has just issued new guidelines to doctors on “advanced reproductive age” and fertility – worries that women are placing too much blind faith in hightech fertility treatments to help them conceive once they’re ready to have a baby.

In an interview with CBC All in a Day, a doctor commenting on a new study of rising infertility rates noted that while the solution was for women to have their children younger, that wasn’t going to happen. His suggestion? Egg freezing and in-vitro fertilization once a woman is ready to reproduce. In other words, the solution to unreliable reproductive technologies is more reproductive technologies. Time to go watch Children of Men again!
5 Five pounds to my pre-twin-pregnancy weight! I’m not bragging: I had help from two run-ins with strep and a bout of stomach flu. But since I have a pedestrian interest in food and nutrition I thought I would mention that Weight Watchers is not a miracle diet. It requires discipline and determination and it works. Forget about fads, pills and devices and embrace the Eater’s Manifesto: Eat food. Not too much. Mostly plants. And if you really want results, do what one of my formerly-obese-now-training-for-a-marathon friend did and register for a running clinic from the Running Room AND Weight Watchers. You will not regret it, I promise!

Amitiés


Tout plein de cœurs à la cannelle à tous nos amis!

For my English readers: This post is about friendships and the things we give-up when we become parents.

Prendre la décision d’avoir des enfants, c’est décider de s’excuser de l’avant-plan, de donner la priorité, de céder le passage. Certains parents ne l’apprennent jamais. D’autres l’apprennent presque par accident. Vous seriez surpris par le nombre de personnes qui me disent:

   J’ai arrêté à 2. Je suis trop égoïste pour en avoir plus.

J’ai toujours trouvé ça triste. Intuitivement, on a tendance à penser que ceux qui l’admettent ont l’honnêteté de reconnaître leurs limites. Après tout, combien d’enfances malheureuses ont été causées par des parents égoïstes incapable de reconnaître leur inhabilité à faire passer leurs enfants avant eux-mêmes? Et pourtant, n’y a-t-il pas quelque chose d’extrêmement triste en cette fierté d’être égoïste, en cette absence de gêne? Comme si l’égoïsme devrait être la norme et le don de soi l’exception. Comme s’il n’y avait aucune valeur à tenter de surmonter nos faiblesses, de grandir au-delà de nos limites? Dans le fond, ne sommes-nous tous pas trop égoïstes de nature? Je le suis et je l’admets. Mais plutôt que de me complaire dans mon inhabilité de faire passer les autres devant moi, j’ai choisi d’ajouter plus “d’autres” dans ma vie, jusqu’au point où faire passer les autres est devenu plus simple que de tenter de me faire passer en premier.

Enfin, ce post n’est pas au sujet de ma supériorité morale — croyez-moi, il n’en est rien! — mais plutôt au sujet de ce que l’on abandonne au profit de nos enfants. Pour le meilleur et pour le pire.

Au cours des vacances de Noël, mon très talentueux frère s’est mis au pain et m’a demandé si je faisais toujours mon pain. “Ha! Ha!” ai-je répondu, “Ça c’était jusqu’au quatrième enfant!” Ça m’a fait réfléchir sur mon parcours de mère et les choses qui étaient tombées en cours de route. Par exemple, j’ai tué une plante verte pour chaque nouveau-né et depuis la naissance des jumeaux j’ai perdu la toute dernière. Les couches de coton n’ont pas survécu au quatrième enfant. J’ai abandonné mon hobby d’aquarium avec plantes vivantes après le cinquième. J’ai fait de la musique jusqu’à six enfants et ma guitare ramasse maintenant la poussière. J’ai fait mon pain jusqu’au troisième. Et ainsi de suite.

Puis il y a aussi toute sorte de choses que nous faisions entre familles jusqu’à ce que le train de vie effréné prenne le dessus. Le camping d’hiver dans un refuge, commencé comme activité père/enfants et qui a évolué pour inclure les mamans qui ne voulaient pas rester en arrière. Les partys d’igloo l’hiver, de cueillette de pommes l’automne et de n’importe quoi l’été, autant d’excuses pour inviter autant d’amis que possible et faire la fête. Les brunchs entre amis. Les randonnées en forêt. Les voyages d’un jour à Kingston ou à Montréal.

Aujourd’hui, nous arrivons au vendredi soir la langue à terre sans aucun désir de sortir. La maison en foutoir trahi les sorties en coup de vent entre deux activités. La fin de semaine passe en clin d’oeuil entre la gymnastique des uns, le travail des autres, les devoirs et le ménage. Dimanche soir se pointe le bout du nez et soudainement, le tapis roulant de la semaine reprend de l’élan. Semaine après semaine, mois après mois et, maintenant, année après année. Et tout d’un coup, je réalise que je n’ai jamais rencontré les plus jeunes enfants de certaines de mes plus anciennes amies. Ma vie sociale se déroule en mise-à-jour sur Facebook. Je n’appelle plus personne, à quoi ça sert? Je suis interrompue au bout de 30 secondes. Plus personne ne m’appelle et je me demande s’ils ont tout simplement abandonné ou si nous sommes toutes dans le même bateau.

Je n’ai presqu’aucun regret d’avoir eu à abandonner ceci ou celà au fil grandissant de ma famille.  Mais je m’ennuie de mes amies. De celles que je ne vois plus, de celles que je ne vois que rarement et de celles que je ne vois que superficiellement entre deux Latte avec les enfants qui attendent impatiemment. Je suis à la fois reconnaissante et embêtée par Facebook et ses amitiés faciles. Je sais qu’un jour les enfants seront grands et que nous auront à nouveau le temps de sortir et de recevoir. J’espère qu’il y aura encore du monde à voir à l’autre bout du tunnel.

Friday’s Mixed Nuts


1 one new English word I learned this week: distaff. In French, the word for distaff (“quenouille”)  is also used to describe the pollen-holding part of the reed (“roseau”) as in “Holy Cow there’s a lot of pollen in a distaff!”

On our daily walk, we picked a "quenouille" and my daughter asked if she could pick it apart. "Sure", I said,"Here's a bowl."
Aaaaaah.... Lesson learned (or rather "remembered from childhood")

2 two pet-peeves (bear with me, I don’t have many): TV doctors wearing scrubs and lab coats. Really? I didn’t realize that you had to be sterile to explain how the excretory system works to a camera. And Gmail.  I can’t understand how a web service with a user interface that is so counter-intuitive can make so much money. Oh, wait, that’s right, they’re not making money from the users of the interface, they’re merely selling access to their users to marketers. I’ve been trying to find an attachement for a couple of hours now, I think I clicked on just about every icon on my screen. User interfaces like this are why it’s so hard to teach my mother-in-law how to use her iPod. “Yes, I can see the pictures but I don’t know how to open just one.” “Touch it.” “Touch what?” “The picture” ” What do you mean??” “Just touch the picture you want to see Grandma!” “Aaaaaaah! So easy!” All this time spent trying to open a stupid attachement is giving me too much opportunity to notice the targeted ads on the sidebar. Hey marketers, tell your clients that when I see their ad as I’m reading a personal email on a related topic, I’m spooked. Not tempted to buy their products. Spooked. And considernig closing my Gmail account. This book The Daily You by Joseph Turow is next on my reading list.

3 three feet is how far my baby daughter throws up when she burps. I love babies but not the part where I walk through life stinking of sour milk.

Better out than in I always say!
Mom? Could you, uh, like, put down the camera and maybe clean me up? Maybe?

4 four crying out loud!    When they say you shouldn’t type anything into a computer (and especially online) you wouldn’t want read in a court of law, that’s what they meant: Ottawa jogger sues blind runners for crashing into her . See that last paragraph?

“We Googled her name to see who she was and it showed that she ran a race in April 2010, so if she was hurt so bad that she said she’s been unable to run, why is her name listed for running a 10-k months later?” Dunkerley asked.”

5 five… I don’t have a five… Except, wait, five fingers way up (as in “High Five” ) to all the moms out there on the “mommy track”. Earlier this week I was asked by a TV research assistant how I was balancing out work and family. I’m not, I said. “Balancing out” work and family is a game of fractions where what you give to one you don’t give to the other. The idea of balance or equilibrium means that you are somehow giving equal parts to both plates. I like my work but I don’t want work and family to balance. Family comes first and in my case, it means that I write MP correspondence part-time with a graduate degree in law. I will never fly in the Prime Minister’s plane but I will always be home in time to make a healthy diner for my family. So give me a high five if you’re with me on the mommy track, over-educated and under-employed, and not resenting the workplace for being different than the family place. ‘Cuz the workplace is missing something crucial and that’s my children.

“famille nombreuse de 7 enfants dans maison trop petite”


For my English readers: this blog post was inspired by a search engine term that landed someone on vie de cirque.com. It means “large family with 7 children in house too small.”In this post I reveal my husband’s house design hobby and our quest to design the smallest most energy efficient home for a family of 10.

Je reçois quotidiennement un sommaire des termes de moteur de recherche (Google, Yahoo!) utilisés par les visiteurs de mon blogue. Alors que mon blogue gagne du momentum — et que je développe l’habilité d’utiliser les bons “tags” pour décrire mes publications — de plus en plus de visiteurs trouve mon blogue en faisant ne recherche Internet. La recherche la plus fréquente? Gaufres belges. Bref, vous seriez surpris des recherches que les gens font (c’est Internet après tout!). Récemment, quelqu’un a visité Vie de cirque suite à une recherche des termes “Famille nombreuse de 7 enfants dans maison trop petite.” Ça m’a inspiré.

Je dois dire tout de suite que je ne vis pas dans une maison trop petite avec ma famille nombreuse. En faits, je vis dans une maison trop grande et je rêve de concevoir et de construire la plus petite maison pouvant être confortablement habitée par une famille de 10. Mon mari, qui a un hobby de design, nous a tricoté un modèle de 1 300 pi. ca. inspiré des idées de Sarah Susanka, architecte et auteure du livre The Not So Big House: A Blueprint fot the Way We Really Live. Je ne doute pas qu’il soit possible de vivre dans une maison trop petite avec 7 enfants. Cependant, ce n’est pas l’espace qui manque dans les maisons nord-américaines, c’est l’espace intelligemment pensé.

Ça m’a rappelé une conversation avec une amie, il y a quelques années, lorsqu’elle et son mari ont acheté une maison en banlieue d’Ottawa. Sachant qu’ils auraient au moins 3 ou 4 enfants, ils ont acheté une maison unifamiliale de 4 chambres à coucher. Elle me disait: “C’est un peu tragi-comique quand on y pense. Nous voilà qui pensons ‘Voici une maison assez grande pour 3 ou 4 enfants’ alors que dans un autre pays, une mère comme moi penserait ‘Voici une maison assez grande pour 3 ou 4 familles!'” Et les familles seraient sans doute plus nombreuses! Une étude de l’évolution de la maison familiale peut se faire facilement dans n’importe quelle ville canadienne d’un certain âge en partant du centre-ville et en se dispersant vers l’extérieur.

Les maisons d’aujourd’hui sont conçues pour des familles de 4 ou 5 personnes. Même dans notre maison trop grande, nous avons du repenser certains espaces afin de les rendre plus pratiques pour une famille nombreuse. Voici quelques observations sans ordre particulier.

1. Ne vous limitez pas à ce qui devrait y avoir dans une maison unifamiliale. Oui la plupart des gens ont une salle familiale et un salon, cependant, la plupart des gens n’ont pas 5, 6, 7, 8 enfants. Nous avions une maison avec un espace pour manger dans la cuisine (eat-in), une salle-à-manger (dining room), une salle familiale et un salon. Autrement dit, deux aires pour manger et deux aires pour se reposer. Nous avons fait faire un mur entre la salle à manger et le salon qui sont devenus un bureau et une salle de musique. Nous avions désormais une aire de repos, une aire pour manger, une aire de travail et une aire de pratique de musique.

2. Les espaces à aire ouverte n’ont pas été conçus par des parents de famille nombreuse. Ces espaces sont bruyants, créent de l’écho et empêchent les activités concurrentes (telles que les devoirs de l’un et la pratique de piano de l’autre.) Tentez de les éviter ou de les cloisonner (voir point précédent).

3. Pensez fonction. Lorsque nous avons aménagé dans notre maison actuelle, deux des chambres d’enfants avaient un énorme placard (walk-in closet). Nous avons transformé le walk-in de la chambre des garçons en une petite salle-de-bain (toilette, lavabo, douche) et une petite salle de lavage. Croyez-moi, j’apprécie beaucoup plus ma salle de lavage à l’étage que mes garçons déplorent l’absence d’un placard!

4. Méfiez-vous de vous même. Souvent nos maisons deviennent trop petites pour cause d’excès de fouillis, pas d’excès de personnes. Je connais plusieurs personnes qui font des miracles sur très peu d’espace avec beaucoup de monde. Ces personnes sont sans exceptions des “jetteurs” compulsifs et des acquéreurs sélectifs. C’est-à-dire qu’ils n’achètent rien qui n’a pas besoin d’être acheté et ne gardent rien qui a perdu sa fonction ou son utilité. Pour une bonne dose de motivation sur le coût du fouillis — personnel et financier — je recommande chaudement Is There a Life After Housework? de Don Aslett (en anglais).

Un peu en désordre mais vous voyez l'idée
La plupart des villes canadiennes ont au moins un quartier construit vers 1960-70 avec ce type de bungalow. Ces maisons de 3 chambres à coucher avec un sous-sol pratiquement inhabitable (voyez la taille des fenêtres contre la fondation) étaient conçues pour une famille.
Dans les banlieues, une maison considérée adéquate pour une famille -- 2 parents et 2 enfants -- doit maintenant avoir 2 étages, 4 chambres à coucher et un sous-sol fini. Assez grand pour 3 enfants ou 3 familles?
Voici une maison en construction près de chez moi. Si vous avez du mal à imaginer sa taille, regardez le petit truc dans le coin en bas à gauche de la maison. C'est le garage triple.