Posts Tagged With: organisation

Faits divers du vendredi un lundi matin


1 Une motion qui promettait de faire couler beaucoup d’encre. Chose promise, chose due. La motion 312 présentée à la Chambre des Communes par le député Stephen Woodworth demandait la création d’un comité parlementaire afin d’étudier si la définition d’« être humain » du Code criminel devrait être élargie afin d’inclure le fetus. Si vous lisez les journeaux et partuculièrement les média sociaux, vous pensez probablement que le vote de la semaine dernière était sur la criminalisation de l’avortement. En fait, la plupart de mes connections Facebook pensent que le vote de la semaine dernière était directement sur la criminalisation de l’avortement. Vous ne lirez pas cette mise-au-clair souvent mais en tant que juriste formée en bioéthique il m’importe que les débats et discussions publiques sur les enjeux de cette envergure soient définis de manière claire, précise et non-partisane. La motion 312, qui soit dit-en-passant n’a pas été acceptée, demandait une réflection sur la définition d’être humain dans le contexte du Code criminel canadien. La ministre du Statut de la femme qui a voté en faveur de la motion 312 n’a pas voté “contre l’avortement” tel que plusieurs le pensent mais en faveur d’une discussion publique sur la valeur éthique et légale du fetus. On peut avoir des opinions bien ancrées sur le sujet, mais ça ne devrait pas excuser les pires accès de démagogie et d’aveuglement volontaire. Vous êtes tous des adultes intelligents. Évidemment. Puisque vous lisez mon blogue, he, he.

2 Deux nouvelles qui m’incitent à vous donner un petit cour de procédure parlementaire et un coup d’oeuil dans le fonctionnemetn d’un bureau de député. La semaine dernière, le ministre de l’Immigration et de la citoyenneté Jason Kenney a fait la manchette lorsque son bureau a envoyé un courriel vantant le travail du gouvernement canadien dans l’avancement des droits des gais et lesbiennes sur la scène internationale. Le email en question, qui ciblait les gais et lesbiennes canadiens, a été mal reçu, les récipiendaires se demandant entre autre comment le gouvernement savait qu’ils étaient homosexuels. Ceci me ramène à la deuxième nouvelle qui était en fait la première, la motion 312 et les “pétitions” demandant à un député ou ministre de voter pour ou contre quelque chose, de faire ou de ne pas faire quelque chose, d’avancer ou d’ignorer une cause ou une autre. Lorsque vous signez une pétition en-ligne, ce que vous faites en réalité c’est envoyer une lettre formulaïque contenant votre nom et votre adresse email à un député, parfois le votre (si la “pétition” vous demande votre code postal), parfois les 308. Une véritable pétition doit être soumise à la Chambre par un député après avoir été aprouvée par le clerc des pétitions pour sa véracité et sa conformité. Lorsque vous signez une pétition en-ligne, vous envoyez votre nom et votre adresse ainsi qu’un polaroid de la cause qui vous tient à coeur à des politiciens qui sont toujours à la recherche d’un moyen de se faire connaître et d’établir un contact avec l’électorat. En d’autre mots, Jason Kenney sait que vous êtes gais et que les droits des gais vous tiennent à coeur car vous lui avez dit. Et il peut vous rejoindre car vous lui avez envoyé votre adresse courriel. La pétition que vous avez signé disait sans doute quelque chose comme “Cher Ministre Kenney, je suis gai et les droits des gais me tiennent à coeur. Voilà pourquoi… bla, bla, bla…” Vous ne vous en rapellez sans doute pas car comme 200% des gens qui envoient ce genre de lettre, vous ne l’avez pas lue.Voilà. C’est simple, non?

3 Trois jours par semaine, 5 heures par jour, c’est mon horaire de travail. C’est tout juste faisable avec une grande famille mais évidemment, on ne peut soudainement perdre 15 heures à sa semaine sans en subir les conséquences. Le pliage des vêtements propres semble être passé par la fenêtre. Ouch…

5 jours de lavage propre pour 10 personnes, ça ressemble à ça.

4 Quatre pattes, non les jumeaux ne marchent pas encore. Et c’est parfait comme ça! (Mais ce ne sera pas long).

5 Cinq  doigts bien hauts (“high five”) si vous vous êtes rendus à la fin de cet article malgré la mention d’un débat sur l’avortement et du Ministre de l’Immigration. Vous démontrez une maturité et une ouverture d’esprit notable.  Vous vous méritez une petite visite de relaxation sur You Tube pour aller rire des frasques de mon fils aîné:

Categories: Family Life, Mixed Nuts, Politics | Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Friday’s Mixed Nuts


1 one new English word I learned this week: distaff. In French, the word for distaff (“quenouille”)  is also used to describe the pollen-holding part of the reed (“roseau”) as in “Holy Cow there’s a lot of pollen in a distaff!”

On our daily walk, we picked a "quenouille" and my daughter asked if she could pick it apart. "Sure", I said,"Here's a bowl."

Aaaaaah.... Lesson learned (or rather "remembered from childhood")

2 two pet-peeves (bear with me, I don’t have many): TV doctors wearing scrubs and lab coats. Really? I didn’t realize that you had to be sterile to explain how the excretory system works to a camera. And Gmail.  I can’t understand how a web service with a user interface that is so counter-intuitive can make so much money. Oh, wait, that’s right, they’re not making money from the users of the interface, they’re merely selling access to their users to marketers. I’ve been trying to find an attachement for a couple of hours now, I think I clicked on just about every icon on my screen. User interfaces like this are why it’s so hard to teach my mother-in-law how to use her iPod. “Yes, I can see the pictures but I don’t know how to open just one.” “Touch it.” “Touch what?” “The picture” ” What do you mean??” “Just touch the picture you want to see Grandma!” “Aaaaaaah! So easy!” All this time spent trying to open a stupid attachement is giving me too much opportunity to notice the targeted ads on the sidebar. Hey marketers, tell your clients that when I see their ad as I’m reading a personal email on a related topic, I’m spooked. Not tempted to buy their products. Spooked. And considernig closing my Gmail account. This book The Daily You by Joseph Turow is next on my reading list.

3 three feet is how far my baby daughter throws up when she burps. I love babies but not the part where I walk through life stinking of sour milk.

Better out than in I always say!

Mom? Could you, uh, like, put down the camera and maybe clean me up? Maybe?

4 four crying out loud!    When they say you shouldn’t type anything into a computer (and especially online) you wouldn’t want read in a court of law, that’s what they meant: Ottawa jogger sues blind runners for crashing into her . See that last paragraph?

“We Googled her name to see who she was and it showed that she ran a race in April 2010, so if she was hurt so bad that she said she’s been unable to run, why is her name listed for running a 10-k months later?” Dunkerley asked.”

5 five… I don’t have a five… Except, wait, five fingers way up (as in “High Five” ) to all the moms out there on the “mommy track”. Earlier this week I was asked by a TV research assistant how I was balancing out work and family. I’m not, I said. “Balancing out” work and family is a game of fractions where what you give to one you don’t give to the other. The idea of balance or equilibrium means that you are somehow giving equal parts to both plates. I like my work but I don’t want work and family to balance. Family comes first and in my case, it means that I write MP correspondence part-time with a graduate degree in law. I will never fly in the Prime Minister’s plane but I will always be home in time to make a healthy diner for my family. So give me a high five if you’re with me on the mommy track, over-educated and under-employed, and not resenting the workplace for being different than the family place. ‘Cuz the workplace is missing something crucial and that’s my children.

Categories: Mixed Nuts, Nothing in particular | Tags: , , , , , , , , , , , | 3 Comments

“famille nombreuse de 7 enfants dans maison trop petite”


For my English readers: this blog post was inspired by a search engine term that landed someone on vie de cirque.com. It means “large family with 7 children in house too small.”In this post I reveal my husband’s house design hobby and our quest to design the smallest most energy efficient home for a family of 10.

Je reçois quotidiennement un sommaire des termes de moteur de recherche (Google, Yahoo!) utilisés par les visiteurs de mon blogue. Alors que mon blogue gagne du momentum — et que je développe l’habilité d’utiliser les bons “tags” pour décrire mes publications — de plus en plus de visiteurs trouve mon blogue en faisant ne recherche Internet. La recherche la plus fréquente? Gaufres belges. Bref, vous seriez surpris des recherches que les gens font (c’est Internet après tout!). Récemment, quelqu’un a visité Vie de cirque suite à une recherche des termes “Famille nombreuse de 7 enfants dans maison trop petite.” Ça m’a inspiré.

Je dois dire tout de suite que je ne vis pas dans une maison trop petite avec ma famille nombreuse. En faits, je vis dans une maison trop grande et je rêve de concevoir et de construire la plus petite maison pouvant être confortablement habitée par une famille de 10. Mon mari, qui a un hobby de design, nous a tricoté un modèle de 1 300 pi. ca. inspiré des idées de Sarah Susanka, architecte et auteure du livre The Not So Big House: A Blueprint fot the Way We Really Live. Je ne doute pas qu’il soit possible de vivre dans une maison trop petite avec 7 enfants. Cependant, ce n’est pas l’espace qui manque dans les maisons nord-américaines, c’est l’espace intelligemment pensé.

Ça m’a rappelé une conversation avec une amie, il y a quelques années, lorsqu’elle et son mari ont acheté une maison en banlieue d’Ottawa. Sachant qu’ils auraient au moins 3 ou 4 enfants, ils ont acheté une maison unifamiliale de 4 chambres à coucher. Elle me disait: “C’est un peu tragi-comique quand on y pense. Nous voilà qui pensons ‘Voici une maison assez grande pour 3 ou 4 enfants’ alors que dans un autre pays, une mère comme moi penserait ‘Voici une maison assez grande pour 3 ou 4 familles!'” Et les familles seraient sans doute plus nombreuses! Une étude de l’évolution de la maison familiale peut se faire facilement dans n’importe quelle ville canadienne d’un certain âge en partant du centre-ville et en se dispersant vers l’extérieur.

Les maisons d’aujourd’hui sont conçues pour des familles de 4 ou 5 personnes. Même dans notre maison trop grande, nous avons du repenser certains espaces afin de les rendre plus pratiques pour une famille nombreuse. Voici quelques observations sans ordre particulier.

1. Ne vous limitez pas à ce qui devrait y avoir dans une maison unifamiliale. Oui la plupart des gens ont une salle familiale et un salon, cependant, la plupart des gens n’ont pas 5, 6, 7, 8 enfants. Nous avions une maison avec un espace pour manger dans la cuisine (eat-in), une salle-à-manger (dining room), une salle familiale et un salon. Autrement dit, deux aires pour manger et deux aires pour se reposer. Nous avons fait faire un mur entre la salle à manger et le salon qui sont devenus un bureau et une salle de musique. Nous avions désormais une aire de repos, une aire pour manger, une aire de travail et une aire de pratique de musique.

2. Les espaces à aire ouverte n’ont pas été conçus par des parents de famille nombreuse. Ces espaces sont bruyants, créent de l’écho et empêchent les activités concurrentes (telles que les devoirs de l’un et la pratique de piano de l’autre.) Tentez de les éviter ou de les cloisonner (voir point précédent).

3. Pensez fonction. Lorsque nous avons aménagé dans notre maison actuelle, deux des chambres d’enfants avaient un énorme placard (walk-in closet). Nous avons transformé le walk-in de la chambre des garçons en une petite salle-de-bain (toilette, lavabo, douche) et une petite salle de lavage. Croyez-moi, j’apprécie beaucoup plus ma salle de lavage à l’étage que mes garçons déplorent l’absence d’un placard!

4. Méfiez-vous de vous même. Souvent nos maisons deviennent trop petites pour cause d’excès de fouillis, pas d’excès de personnes. Je connais plusieurs personnes qui font des miracles sur très peu d’espace avec beaucoup de monde. Ces personnes sont sans exceptions des “jetteurs” compulsifs et des acquéreurs sélectifs. C’est-à-dire qu’ils n’achètent rien qui n’a pas besoin d’être acheté et ne gardent rien qui a perdu sa fonction ou son utilité. Pour une bonne dose de motivation sur le coût du fouillis — personnel et financier — je recommande chaudement Is There a Life After Housework? de Don Aslett (en anglais).

Un peu en désordre mais vous voyez l'idée

La plupart des villes canadiennes ont au moins un quartier construit vers 1960-70 avec ce type de bungalow. Ces maisons de 3 chambres à coucher avec un sous-sol pratiquement inhabitable (voyez la taille des fenêtres contre la fondation) étaient conçues pour une famille.

Dans les banlieues, une maison considérée adéquate pour une famille -- 2 parents et 2 enfants -- doit maintenant avoir 2 étages, 4 chambres à coucher et un sous-sol fini. Assez grand pour 3 enfants ou 3 familles?

Voici une maison en construction près de chez moi. Si vous avez du mal à imaginer sa taille, regardez le petit truc dans le coin en bas à gauche de la maison. C'est le garage triple.

Categories: Family Life | Tags: , , , , , , , , , , | 1 Comment

“Comment vous faites?”


Il y a quelque jours, je suis tombée par hasard sur le blog d’une autre maman de 8 enfants (Little Catholic Bubble). Sa publication How to raise eight children without even trying m’a rappelé à quel point on me posait cette question souvent: “Comment faites-vous” et ses variations “Je ne sais pas comment vous faites…” et “Je survie à peine avec mes deux, je ne peux pas imaginer en avoir 8″.

C’est une erreur commune (une que j’ai fait moi-même lorsque j’avais mes deux plus vieux qui n’ont que 14 mois de différence): on projette la vie avec plusieurs enfants à partir de notre expérience vécue. Or, notre expérience vécue est limitée. À moins d’avoir une grossesse multiple de haut calibre, nos enfants naissent un par un puis grandissent, commencent l’école, deviennent plus autonomes et commencent à aider dans la maison. J’ai de très bons souvenirs de la petite enfance de mes 4 plus vieux. Cependant, je me souviens aussi d’avoir eu l’impression de sortir d’un long tunnel lorsqu’ils ont commencé l’école. Lorsque les mamans de très jeunes enfants me disent “Je ne peux pas imaginer en avoir d’autres!” je leur réponds toujours “moi non plus lorsque j’étais à ce stade.” On les a un à la fois, pendant que les autres grandissent. (Ce qui est assez ironique, maintenant que je viens d’en avoir deux d’un coup…). Je remarquais justement il y a quelques semaines que j’avais à nouveau 4 enfants de 5 ans et moins. Pourtant, je vis cette réalité de manière fort différente que lorsque mes quatre plus vieux avaient 5 ans et moins. Je suis plus mature comme mère et mes enfants sont plus vieux. J’ai des gardiens intégrés pour m’aider avec les petits. J’ai aussi beaucoup appris de mes erreurs!

La logistique d’une famille de 10 personnes est un numéro de jonglerie. Cependant, il semble que les gens soient fascinés par la lessive et l’épicerie.

La lessive d’une famille de 10 personnes est une tâche quotidienne qu’il est préférable de garder sous contrôle. Tout d’abord, j’ai un mari qui comprend l’importance de la lessive. Ça peut paraître ordinaire mais ça veut dire que la lessive est un travail d’équipe.  Notre arme secrète contre la lessive est la régularité (non, ce n’est pas un post sur la fonction intestinale). À 19:00 tapante, lorsque le prix de l’hydro-électricité baisse, allez hop! la première brassée démarre puis on la met au séchage avant de se coucher. Le lendemain matin, la lessive propre va dans un panier. Si j’ai le temps, je préfère la plier directement en la sortant de la sécheuse. Sinon, les vêtements sont propres et secs dans un panier et je les plierai (peut-être) plus tard. Faire la lessive quotidiennement ne veut pas dire que tout est lavé quotidiennement: un soir, c’est les jeans, le lendemain les couleurs, le lendemains les serviettes, le lendemain les blancs et ainsi de suite. Un système de roulement quotidien de la lessive me permet de ne pas me retrouver avec 10 brassées  la fin de semaine et, plus important encore, de ne pas me retrouver sans un seul morceau de linge propre dans la maison.

La brassée quotidienne n’est pas seulement une manière efficace de faire les choses au niveau logistique, c’est aussi un manière de préserver le bon fonctionnement de notre puis et de notre fosse septique qui n’ont pas besoin du stress d’un marathon de lavage la fin de semaine. Mais ce n’est pas la fin du bon sens économique: laver les vêtements régulièrement m’évite d’avoir à acheter une semaine complète de vêtements pour tout le monde. Puisque les vêtements préférés des enfants sont lavés aux 3-4 jours, ils n’ont pas tous besoin d’une garde-robe complète pouvant leur durer une semaine.

La lessive illustre bien la logistique générale d’une famille de 10: en faisant un peu de travail régulièrement, on évite d’avoir à faire tout le travail d’un coup.

L’épicerie, c’est tout à fait le contraire: le faire le moins souvent possible. Rentrer chez Superstore pour quelqu’un dans ma situation c’est un billet qui coûte au moins $150, autrement dit, je ne m’en sors jamais pour moins de $150 alors j’essaie d’y aller le moins souvent possible. Une fois par semaine je fais un menu — incluant les lunchs des enfants — et une liste d’épicerie. J’utilise également un tableau blanc dans la cuisine sur lequel je peux prendre note des choses à acheter lorsque j’y pense.

Côté logistique, je crois que le supermarché est un de ces domaines pour lequel avoir plus d’enfants rend les choses plus simples. Je suis toujours frappée, lorsque je vais à l’épicerie le soir après avoir couché les petits, de voir autant de gens accompagnés de très jeunes enfants souvent (choc!) en état de crise. Vous pouvez être certains que ce ne sont pas des mères de 8 enfants. En faits, les gens qui amènent de très jeunes enfants à l’épicerie à l’heure du dodo (vous pouvez substituer l’heure de la sieste ou l’heure du repas) ont sans aucun doute 1 ou 2 enfants et se demandent comment je fais pour en avoir 8. Voici un indice: je ne les amène pas faire des course lorsqu’ils sont fatigués ou lorsqu’ils ont faim!

Avec les jumeaux, il n'y a pas beaucoup de place pour la nourriture. Je dois donc y aller avec quelqu'un pour m'aider: un chariot pour les petits, un chariot pour la bouffe.

Ensuite je planifie ma sortie à l’épicerie de manière à pouvoir le faire sans très jeunes enfants. Si j’oublie certaines choses, j’essaie de me débrouiller sans. Je laisse le Costco aux bons soins de mon mari qui va le faire une fois par semaine pendant que les plus vieux son au jiu-jitsu.

Et voilà comment un peu d’organisation et de discipline fait toute la différence. Je ne suis pas une personne naturellement organisée mais à partir de 4 enfants, il s’agit d’une question de survie!

Categories: Family Life | Tags: , , , , , , , , | Leave a comment

Create a free website or blog at WordPress.com. The Adventure Journal Theme.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 147 other followers