La menace nombreuse


Il y a environ un mois, notre famille a fait l’objet d’une chronique dans notre journal local. Ce n’est pas la première fois que j’apparais avec ma petite bande sur les pages d’un journal : l’année dernière, j’avais participé à un article sur la décision de retourner au travail ou de rester à la maison pour le Globe & Mail.

Quand vous êtes mère de famille nombreuse et que vous vous pointez le nez dans les média, il faut vous attendre à ce que les trolls du réchauffement climatique soient au rendez-vous, peu importe le sujet de l’article. Nous serions un bien piètre exemple à suivre : si tout le monde faisait comme nous, l’impact environnemental serait désastreux. Peut-être en théorie, mais qu’en est-il de de la réalité?

Vous n’avez pas besoin d’être expert en démographie pour voir que les familles nombreuses ne sont pas à la source de la surpopulation de la planète. En assumant que vous acceptiez les arguments en faveur de la surpopulation. Car une lecture brève des titres à ce sujet démontre rapidement que les problèmes reliés au déclin démographique sont tout aussi pressants que ceux reliés à la surpopulation. Et que les problèmes d’allocation des ressources reliés à la surpopulation sont temporaires. Je m’explique. Une lecture rapide des statistiques sur les taux de natalité (nombre de naissances enregistrées au cours d’une année par 1000 habitants) et les taux de fertilité (nombre moyen d’enfants par femme au cours de leur vie, entre 15 et 50 ans) sont en déclin de par le monde. Bien que de nombreux pays sous-développés se trouvent encore au-dessus du taux de natalité qui assure le renouvèlement de leur population (2.1 enfants par femme), leur taux de natalité est en déclin. À la lecture des statistiques, il semble que l’augmentation de la population mondiale ne soit pas autant liée aux naissances trop nombreuses mais bien à l’augmentation de l’espérance de vie.  Autrement dit, nous n’avons pas soudainement commencé à nous reproduire comme des lapins, nous avons simplement arrêté de tomber comme des mouches. Le nombre de personnes âgées est à la hausse mais le nombre d’enfants est en déclin de par le monde.

Blâmer la surpopulation sur les familles nombreuses comme la nôtre ignore le fait que pour un pays comme le Canada, le taux de fertilité est bien en-dessous du taux de renouvèlement, malgré la poignée de familles nombreuses qu’on y retrouve. Pensez-y : le taux de fertilité de 1.1 enfant par femme inclue les femmes comme moi. Nous faisons donc une bien maigre différence. Au pire, nous rendons le déclin démographique un tout petit peu moins menaçant. Je rencontre parfois des petits comiques qui me disent : « Je suis bien content qu’il y ait des gens comme toi pour compenser pour les gens comme moi »… Sauf que nous ne faisons pas le poids : il y a encore trop de gens comme toi pour que les gens comme moi puissent compenser.

Certains me diront que le déclin de la population est souhaitable puisque notre bilan écologique est peu enviable. C’est vrai. Il est difficile de ne pas voir comment l’abus de ressources est néfaste pour l’environnement. Cependant, je vous dirais que  ce ne sont pas les gens qui tuent la planète mais les mentalités. Puisque les familles nombreuses ne sont pas assez nombreuses pour affecter le taux de natalité d’un pays, qu’est-ce qui vous fait penser qu’elles sont assez nombreuses pour détruire l’environnement? L’abus de ressources se produit en parallèle avec le déclin de la population. Le problème n’est pas seulement combien de personnes piétinent l’environnement, mais comment!

Notre famille vit  en banlieue d’Ottawa dans un quartier bien typique des banlieues aisées que l’on retrouve aux quatre coins du pays. Grosses maisons unifamiliales, 4 chambres à coucher, garage double. Deux voitures, ou plutôt une voiture et un véhicule de type utilitaire sport ou minivan. Notre maison est faite pour une famille de 4 ou 5 personnes. Autour de chez moi, dans des demeures similaires en taille et en fonction, il n’y a que des couples sans enfants ou avec 1 ou 2 enfants. Certaines familles sont jeunes et espère faire grandir leur famille mais la majorité sont plus âgés. Ils utilisent comme nous 3 000 pi. ca. de superficie, bâtie sur des terres autrefois agricoles, 2 véhicules, l’air climatisé et le chauffage alimenté à l’électricité produite par une centrale au charbon quelque part en Ontario. Il ne coûte pas plus cher de chauffer 3 000 pi. ca. pour une famille de 10 que pour une famille de 2. Sauf que la taille de ma famille et de mes factures font en sorte que par beau temps, on ouvre les fenêtres. La plupart de mes voisins allument la climatisation en mai et l’éteignent en octobre. Bien que ma pile de déchets soit plus grande que la leur, le camion se déplace autant pour eux que pour moi, et leur pile de déchets n’est pas le cinquième de la mienne, même si leur maisonnée l’est. Leurs 2 véhicules se déplacent remplis au quart, pas moins souvent que les miens remplis à craquer. Et alors que mes vacances de mars se passent à la maison, avec un petit voyage de 60 minutes à la pente de ski la plus proche, la moitié des copains d’école de mes enfants sont partis en avion vers une destination plus ensoleillée. Et vous me pointez du doigt?

Je vais vous dire ce qui détruit la planète. C’est l’égoïsme. C’est une culture de pouvoir qui nous pousse à prendre ce qui nous revient, que nous en ayons besoin ou non. C’est la recherche du « plus encore », pour ne pas dire du « trop ». Lorsqu’on se promène dans les anciens quartiers d’Ottawa et que l’on y voit des petits bungalows en brique de 2 ou 3 chambres à coucher, pas plus grands qu’un garage triple, on se rappelle d’une époque pas si lointaine où ces maisons étaient considérées d’une taille acceptable pour une famille… alors que les familles étaient plus grosses! Aujourd’hui, ma maison unifamiliale a deux chambres à coucher avec leurs propres salle-de-bains. Idéal pour l’ado unique qui préfère ne pas partager une toilette avec ses parents : vos enfants peuvent maintenant dormir, surfer et se doucher dans leur aile personnelle. Ils n’ont même plus besoin de sortir pour faire pipi. Il ne manque que la trappe à repas! Mais c’est moi, mon mari et mes enfants qui sont le problème?

De ma fenêtre de bureau à la maison, je regarde passer les autobus scolaires. À tous les jours, une maman bienveillante vient reconduire sa fille qui semble avoir environ 12 ans à l’arrêt d’autobus et revient l’y chercher à la fin de la journée en minivan. À Ottawa, un élève ne peut marcher plus de 500 m pour se rendre à son arrêt d’autobus. Si la distance entre son domicile et son point d’embarquement est de plus de 500 m, un nouveau point d’embarquement est créé. Tout au cours de cet hiver rigoureux, le plus froid qu’on ait connu depuis belle lurette, notre maman bienveillante est venue déposer sa fille à l’arrêt d’autobus. Sa fille ne portait jamais de tuque, de foulard ou de mitaines. Pas même une paire de bottes. On s’entend que dans un rayon de 500 m de ma fenêtre de bureau, il n’y a pas de logement à loyer modique. On ne parle pas d’un enfant mal habillé par nécessité mais bien d’un enfant qui ne peut pas marcher 500 m (sans doute moins) en hiver parce qu’il « fait trop froid ». Et il fait trop froid par choix. C’est ce genre de choix, fait à tous les jours, multipliés par quelque million d’entre nous, sur l’espace d’une vie, qui sont venu à bout de l’environnement. Pas une poignée de familles nombreuses.

Oui, on utilise trop d’électricité, on conduit trop souvent, on porte trop de vêtements, on amasse trop de cochonneries et on doit maintenant construire des espaces de rangements climatisés pour accueillir les choses dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. Vous pensez que ce sont les familles comme la mienne qui rendent Dymon Storage si profitable? Non contents de tapisser nos terres agricoles d’asphalte, nous construisons des appartements de banlieue pour nos choses, que nous devons ensuite conduire en voiture d’un bout à l’autre de la ville. On en est arrivé là alors que la population continue de décroitre. Serait-il possible que vous cherchiez votre coupable au mauvais endroit?

Pour ma part, je vais continuer à avoir des enfants et à les élever de manière à ce qu’ils deviennent des citoyens responsables. Je ne sais pas si je vais réussir : les forces sociales qui poussent à la surconsommation et au nombrilisme sont puissantes! Mais je crois que j’ai une meilleure chance de réussir parce que la famille nombreuse est un incubateur pour les valeurs que je cherche à inculquer à mes enfants. Vous devriez être contents : ce sont eux qui vont payer vos serviettes d’incontinence et remplacer vos hanches pour les 40 prochaines années.

Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/

Picture by Jenna Sparks, Lifestyle photographer: http://jsparksphotography.zenfolio.com/

About these ads
Categories: Family Life, Parenting, Politics | Tags: , , , , , , , | 1 Comment

Post navigation

One thought on “La menace nombreuse

  1. Charline Gauthier

    Tres bien dit

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Proudly powered by WordPress Theme: Adventure Journal by Contexture International.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 150 other followers

%d bloggers like this: